Une étiquette pour les produits sans OGM

Jusqu’à présent, il était impossible de savoir si un poulet avait été nourri aux OGM ou non. Les consommateurs soucieux de leur santé et de l’environnement vont désormais pouvoir éliminer les OGM de leur assiette. C’est a priori ce que promet un décret relatif à l’étiquetage des denrées alimentaires issues de filières qualifiées « sans organismes génétiquement modifiés ».

Ce décret, paru au Journal officiel du 31 janvier 2012, définit les règles d’étiquetage des produits alimentaires « sans OGM ». Plusieurs catégories de produits seront concernées dès le 1er juillet 2012 :

– Les ingrédients d’origine végétale (farine, amidon, lécithine) : ils pourront porter la mention « sans OGM » s’ils sont issus de matières premières contenant au maximum 0,1% d’OGM.

– Les ingrédients d’origine animale (lait, viande, poisson, œufs) : l’étiquetage précisera « nourri sans OGM (<0,1%) » ou « nourri sans OGM (<0,9%) ».

– Les ingrédients d’origine apicole (miel ou pollen) : l’étiquetage comportera la mention « sans OGM dans un rayon de 3 km ».

Ces mentions apparaîtront principalement dans la liste des ingrédients, ou dans le champ visuel principal de l’emballage lorsque la denrée alimentaire concernée comporte plus de 95% d’ingrédients cités ci-dessus.

Un étiquetage trompeur ?

Le syndicat agricole Coordination rurale (CR) n’est pas satisfait de cette nouvelle réglementation, qu’il qualifie d’« ubuesque ». Dans un communiqué de presse du 03 février 2012, « la CR tient à alerter les consommateurs sur le caractère trompeur de la mention « sans OGM » censée mieux les informer.»

Explications. La CR rappelle que, par exemple, des œufs étiquetés « nourri sans OGM (<0,9%) » pourront toutefois contenir jusqu’à 0,9% d’OGM ! A l’inverse, un paquet de carottes sur lequel aucune mention n’est portée n’en contiendra pas car il est pour l’heure interdit de produire des carottes OGM en Europe. Pour plus de lisibilité, notamment pour les produits d’origine animale, la CR suggère d’étiqueter uniquement ceux contenant plus de 0,1% d’OGM.

En attendant une réglementation plus claire, vous avez le choix en tant que consommateur de boycotter les produits d’origine animale « nourri sans OGM (<0,9%) » au profit de ceux étiquetés « nourri sans OGM (<0,1%) ».

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone