Les poissons d’aquarium sont-ils heureux ?

 Dans les restaurants, les salles d’attente et même le métro marseillais, les poissons évoluent avec grâce dans des aquariums. Comment le vivent-ils ? Les vertus apaisantes de l’eau, la beauté de leur nage, leurs jeux… le spectacle est fascinant. Marc, chef d’entreprise très stressé, passe des heures à contempler les guppies et autres poissons exotiques dans celui de son séjour. C’est ainsi qu’il trouve le calme et la tranquillité intérieure. Mais eux, que perçoivent-ils de nous ? De leur environnement ?

Des chercheurs ont montré que les truites sécrètent des substances de stress quand des sévices sont affligés à leurs congénères ou à d’autres poissons. Et qu’elles essaient même d’arrêter les souffrances des autres. Les poissons rouges, eux, gardent la douleur en mémoire et sont capables de se positionner afin de l’éviter. Si nombre de poissons d’aquarium n’ont pas été étudiés, réagissent-ils différemment ?

COMME UN POISSON DANS L’EAU ?

Mon expérience me fait penser que non. Ainsi, Pipo, un magnifique combattant (Betta splendens) dont les nageoires flottent comme de larges voiles. Il vit seul, car, à l’instar de beaucoup d’individus de son espèce, il tue les autres mâles et les alevins lorsqu’ils quittent le nid, qu’il a lui-même construit avec soin. Depuis quelques jours, Pipo reste immobile et ne mange plus. Un examen permet d’identifier le problème : la jeune fille de la maison, partie il y a trois jours à l’étranger pour quelques mois, « lui manque ». Un peu plus d’attention lui redonnera son allant jusqu’au retour de sa maîtresse. Autre exemple, celui de Cary, un caniche qui souffre de troubles du comportement depuis son arrivée dans une nouvelle famille. Je réalise qu’il est très jaloux de Lulu, le poisson rouge, qu’il considère comme le chef. Comprenant la situation, la propriétaire des lieux clarifiera l’organisation de la meute et le chien retrouvera ses marques.

La relation est donc possible si le poisson a des conditions de vie décentes. Contrairement à ces malheureux poissons combattants, plongés dans des verres à pied pour décorer un buffet : ils ne pouvaient même pas déployer leurs nageoires dans cet espace restreint !

 

Cet article est extrait de Néoplanète 27.

Découvrez la chronique de Marie-Christine Favé : « L’animal, une sentinelle pour l’enfant »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marie-Christine Favé

Vétérinaire, Marie-Christine Favé accompagne depuis plus de 15 années les éleveurs et particuliers à construire l’équilibre comportemental et la santé de leurs Animaux de ferme et de compagnie, et clarifier la relation entre l’homme et les animaux.