Les phtalates rendent bêtes

Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous concernés par les phtalates, et ce avant même notre naissance ! Selon une étude récemment publiée  dans la revue scientifique américaine PLOS ONE, les fœtus sont exposés très tôt à ces perturbateurs endoctriniens, ce qui impacterait le QI des enfants. Zoom sur ce danger qui pollue notre quotidien.

femme enceinte capture d ecrancran bfm

Menée par des chercheurs de l’université de Columbia, l’étude met en lumière l’effet des phtalates pendant la grossesse et leur conséquence sur le développement cérébral du fœtus. Le bilan est alarmant : ceux exposés in utero aux concentrations les plus élevées avaient un QI de 6,6 à 7,6 points.

De précédentes recherches montrent que les effets nocifs des phtalates portent essentiellement sur la fertilité, et le développement du fœtus et du nouveau-né. Chez l’homme, il y a une incidence négative sur le développement de la fonction reproductrice mâle, la qualité du sperme, et les niveaux d’hormones.

Les phtalates sont des plastifiants présents dans un grand nombre de produits courants. Ces composés chimiques, dérivés de l’acide phtalique, se trouvent par exemple dans les objets en PVC, comme les boites en plastiques et les biberons, dans les cosmétiques, les peintures, les colles, les tissus imperméables, les emballages et films alimentaires… On les trouve même dans des médicaments et dispositifs médicaux ! Bref, la liste est longue.

Malheureusement, nous sommes tous au contact de ces polluants, que ce soitpPar voie cutanée, inhalation, ou ingestion. Difficile, donc, de les éviter, mais vous pouvez commencer par suivre ces 6 mesures toutes simples pour éviter ces puissants perturbateurs endocriniens.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Curieuse de la vie et aventurière, Hind aime découvrir de nouveaux horizons et d’autres cultures. Elle se dit citoyenne du monde. Elle se passionne par tout ce qui l’entoure. Elle raffole du foot, de la mode, de la beauté, du bien-être …Licence de journalisme en poche, elle se spécialise dans un master en journalisme radio/tv à l’IEJ Paris. En se souciant de l’avenir de notre planète, elle rejoint l’équipe de Néoplanète.