Les people en pleine crise de fourrure

crédit photo Fondation Brigitte BardotLes visons sont enfermés dans des cages minuscules et grillagées à plusieurs centimètres du sol afin de faciliter notamment leur alimentation déposée directement sur le dessus de la cage. Cette méthode permet d’aller très vite et protègent les éleveurs des morsures.

Ces animaux n’ont aucun moyen d’assouvir leurs besoins physiologiques primaires (le vison est un animal semi-aquatique) dans ces prisons. En résultent des souffrances psychologiques (démences, stéréotypies) et physiques (automutilations, cannibalisme, blessures non soignées). Viendra ensuite le moment de l’abattage par gazage ou électrocution.

Et ce n’est pas mieux pour les lapins comme l’a prouvé récemment une enquête récente de l’association L214.

Lire notre article « Ouvrez, ouvrez la cage aux lapins ! » 

« Certaines marques se retranchent derrière le label Origin Assured, créé par la Fédération Internationale du commerce de fourrure en 2006. Si ce label garantit la traçabilité des peaux, il n’apporte en vérité aucune exigence de bien-être aux animaux qui restent dans tous les cas élevés en batterie dans des conditions désastreuses », souligne l’Association ANIMALTER

Une proposition de loi “tendant à limiter l’utilisation de fourrure animale en France”, a été déposée en février 2013 par le député de M. Yves Foulon, et soutenue par 13 autres députés, mais n’a toujours pas été inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale.

Pourquoi il faut adopter la fausse fourrure : à lire page 4.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.