Les nouveautés du Salon de l’Auto, et plus

Crédit - Wikipedia Festival_automobile_international_2014_-_Citroën_C-Cactus_-_002Fini l’été et la coupe du monde au Brésil, et place à l’automne et à un Mondial d’un tout autre genre : celui de l’auto, qui se déroule à Paris jusqu’au 19 octobre. Néoplanète vous fait découvrir quelques-unes de ses nouveautés, ainsi que ce qui se fait de plus propre (et fou) dans le monde de l’auto. A lire également dans Néoplanète n°40.

 

 

 

Les françaises roulent… à l’air

Vous ne rêvez pas : il est bel et bien possible de rouler en utilisant l’air comme carburant. Les constructeurs français – d’une part, Citroën avec la Cactus et de l’autre, PSA avec la 208 Hybrid Air – rivalisent d’ailleurs d’ingéniosité pour offrir des véhicules qui consomment seulement 2L/100 km. Comment cela est-il possible ? Tout d’abord, les deux modèles du groupe PSA sont plus légers que leurs cousines à essence, affichant toutes deux 100 kg de moins que leur version classique. L’aérodynamique a aussi été améliorée. La carrosserie et les jantes de la Cactus comportent par exemple des parties mobiles qui optimisent en permanence la circulation de l’air. Les pneus Michelin offrent quant à eux une résistance au roulement très basse, ce qui améliore le rendement énergétique du véhicule.

Mais la vraie nouveauté se trouve au cœur de ces voitures : leur moteur. Fonctionnant grâce à la technologie Hybrid Air, les deux Françaises récupèrent l’énergie générée lors du freinage et la stocke dans une bombonne sous forme d’air comprimé afin de la réinjecter dans le moteur. A faible allure, comme dans les rues parisiennes aux heures de pointe, le moteur thermique n’est ainsi utilisé que 30 % du temps ! C’est-à-dire qu’il est possible de rouler entièrement à l’air une bonne partie du temps, ce qui permet de soulager son porte-monnaie en plus de l’environnement. Un autre avantage est que, contrairement aux voitures électriques, ces modèles n’utilisent pas de batteries pour stocker leur énergie et ne comportent donc pas de matériaux rares.

Découvrez en page 2 une voiture électrique qui n’a rien à envier aux thermiques, et une autre imprimée entièrement en 3D !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.