Les légumes bio donnent la patate !

food-29063_640 - PixabayLes légumes bio sont bons pour la santé ! Cela paraît logique et n’est sûrement pas une surprise, mais c’est désormais prouvé par une étude menée à l’Université de Newcastle.

Les chercheurs ont analysé plus de 340 études sur le sujet et ont découvert que consommer des légumes bio apporte une quantité d’antioxydants équivalente à 1 à 2 portions supplémentaires de légumes normaux. Les polyphénols, des composés antioxydants puissants, sont en effet 20% à 70% plus élevés dans les aliments bio que dans les autres.

Selon l’étude parue le 15 juillet dernier dans le British Journal of Nutrition, les cultures organiques contiennent 50% moins de cadmium, l’un des trois métaux lourds très toxiques (avec le mercure et le plomb) pour lesquels la Commission Européenne a imposé des limites maximum de contamination de la nourriture.

« Ceci est une addition importante aux données actuellement disponibles, qui étaient jusqu’à présent peu claires, et souvent contradictoires », souligne Carlo Leifert, professeur à l’Université de Newcastle. Les résultats de l’étude viennent en effet contrarier celles d’une précédente recherche de la UK Food Standards Agency, qui ne présentait en 2009 aucune différence entre la nourriture normale et bio. « Les disparités entre ces deux études prouve que la recherche dans ce secteur a beaucoup évolué au cours de ces cinq dernières années », explique le chercheur. « Un nombre de données bien plus grand nous permet désormais de tirer des conclusions définitives et plus précises sur les différences entre les cultures organiques et conventionnelles », continue Carlo Leifert.

Voilà donc une bonne raison, au cas où il en fallait encore une, pour se mettre à la nourriture bio !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.