Les héros de Twilight et l’écologie

Ils sont jeunes, ils sont beaux, et chacune de leurs apparitions déclenche des scènes d’hystérie collective. Adulés par les ados, ils sont les nouvelles icônes de la génération 2000 ! Et ont souvent une réflexion aboutie, notamment sur la question de l’écologie. Néoplanète a sondé ces bleus de la cause verte, dont le discours est loin d’être dénué d’intérêt. Cette semaine, nous vous proposons les interviews de Robert Pattinson, de Kristen Stewart et de Taylor Lautner, les héros de la saga Twilight. Propos recueillis par Frank Rousseau. Extrait du numéro 24 de Néoplanète.

ROBERT PATTINSON

Le vampire sexy, qui était à Paris en début de semaine, est prêt à mordre et à sortir les griffes pour aider les fauves ! :

« Quand j’étais enfant, les vampires, ça ne me passionnait pas vraiment. J’étais plus attiré par les aventures de Humpty Dumpty, un personnage de la littérature anglaise, une sorte d’oeuf habillé en costume ! Si je ne me souviens plus trop de l’histoire, je me rappelle que ce petit héros était hyper-écolo puisqu’il n’était constitué que de coquille !

Ma vocation vient peut-être de là, qui sait ? Je suis en pourparlers avec la WWF (World Wildlife Fund), afin d’aider à la préservation des tigres. Aujourd’hui, ces fauves ne seraient plus que trois mille à vivre en liberté ! »


KRISTEN STEWART

Lorsqu’il s’agit d’écologie, le coeur de l’actrice ne balance pas. La jolie Bella Swan n’est pas tendre à l’égard de ses compatriotes:

« Ce qui m’agace le plus, ce sont les emballages. L’autre jour, je suis allée dans un supermarché. Toutes les pommes y étaient présentées dans des boîtes en plastique, alors qu’un conditionnement en carton aurait suffi ! À la caisse, on vous distribue des sacs en plastique en veux-tu, en voilà. Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation, les mauvais réflexes perdurent.

Le problème est simple : nous, les Américains, nous sommes des enfants gâtés. Nous refusons de changer notre mode de vie ! Et nous remettons toujours à demain ce que nous devrions faire aujourd’hui. C’est une éternelle fuite en avant et nous ne comprenons pas que cela risque de nous coûter de plus en plus cher ! Les mesures que nous serons obligés de prendre seront forcément impopulaires, mais nous n’avons plus le choix. Car le compte à rebours a commencé.

À un moment ou à un autre, il nous restera deux options : soit nous aurons compris les messages que nous envoie notre planète, soit cette planète, qui nous héberge depuis des milliers d’années, se retournera contre nous ! Et au final, je ne suis pas sûre que nous en sortions vainqueurs ! »

TAYLOR LAUTNER

Il exhibait sa magnifique musculature dans Twilight. Le beau gosse ne manque pourtant pas de cervelle dès qu’on lui cause d’écologie :

« J’ai parfois l’impression que notre société ne comprend pas ce qui se trame ! Nous regardons des émissions à la télé qui nous alertent sur les dérèglements climatiques et la fonte des glaces à cause des gaz à effet de serre. Dans les magazines, nous lisons des articles alarmistes rédigés par des scientifiques. Et pourtant, nous continuons d’exploiter le charbon dans certaines contrées.

Ce qui m’angoisse le plus, ce sont ces pays émergents qui veulent, et c’est bien normal, accéder à la modernité ! À l’hyperconsommation ! J’aimerais expliquer à ces États que la vraie modernité, ce n’est pas de commettre les mêmes erreurs que les pays industrialisés. La vraie modernité, c’est d’investir à fond et durablement dans l’écologie. Aujourd’hui, la société qui ne l’a pas saisi est vouée à l’échec ! C’est un peu comme si celle-ci érigeait des gratte-ciel sur des sables mouvants ! »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Frank ROUSSEAU, grand reporter et pur produit de la mondialisation ! Elevé en partie en Afrique, au Canada, en Nouvelle Calédonie. Eduqué en France puis dans les Universités américaines, il se passionne ensuite pour l’histoire de l’art et celles de civilisations avant d’intégrer le Figaro Quotidien. Journaliste freelance, il partage désormais son temps entre l’oligopole de Los Angeles et un petit village des Yvelines…