Les culottes en tiennent une couche !

Ce n’est pas vraiment un scoop puisque l’on en parle depuis des années ! Résidus de pesticides, traces de glyphosate, dioxine, hydrocarbures aromatiques polycycliques… Des substances toxiques ont été retrouvées en faible quantité pour la plupart des couches-culottes testées par le magazine 60 millions de consommateurs (publié aujourd’hui), y compris dans celles étiquetées « écologiques ». Côté environnement, avant d’être propre – en moyenne, à 2 ans et demi –, un bébé produit, à lui seul, rien qu’en couches jetables, 900 kg de déchets(1). L’alternative ? Les langes lavables. Mais est-ce vraiment la bonne solution ?

Couches jetables…

Ces fameuses couches, qui ont révolutionné la vie des ménagères des années 1980, sont devenues des déchets terriblement polluants : tous les ans, à raison de 1 kg par jour et par enfant, 600 000 tonnes de détritus doivent être traitées en France, soit 3 % des ordures ménagères de notre pays(2). Aujourd’hui, deux traitements existent : l’incinérateur, sachant qu’une tonne de déchets brûlés émet environ une tonne de CO2 ; la décharge, où la matière organique (cellulose, urine, excréments) produit du méthane, un puissant gaz à effet de serre. D’autant que ces couches présentent des risques non-négligeables pour la santé.

Outre le plastique, elles sont composées de polyacrylate de sodium, un gel qui absorbe jusqu’à quatre-vingts fois son poids en liquide. S’il garantit un effet « fesses au sec », il assèche l’épiderme, d’après Bulle de Coton, une association de promotion des changes lavables. Vient ensuite la dioxine, un résidu du blanchiment au chlore de la couche, classée cancérigène par l’Organisation mondiale de la santé, que l’on retrouve sur les petits derrières de nos bouts de chou. Enfin, la peau ne respirant pas suffisamment et la température restant élevée, cela pourrait aussi nuire au développement des testicules et favoriserait la multiplication des bactéries à l’origine des érythèmes (siège rouge, peau enflammée).

« Ce matin, les couches se sont invitées dans l’actualité. Et les jeunes parents français ont découvert que les fesses de leurs petits étaient menacées par de vilaines substances toxiques. Mais, ça n’est pas une surprise pour tout le monde. L’Association Santé Environnement France travaille depuis de nombreuses années sur l’environnement de bébé et a même noué des partenariats avec plusieurs maternités et avec la marque de couches Love & Green exempte de produits toxiques », informe lAssociation Santé Environnement France.

… ou couches lavables ?
Certes, aujourd’hui, les couches lavables ne présentent encore guère d’avantages pour le recyclage, les villes n’ayant pas mis en place de collecte sélective des déchets organiques, mais vous pouvez toujours les composter chez vous. Cela dit, l’avenir promet d’être rose comme bébé : en effet, Suez Environnement a élaboré une technique de broyage qui permet de séparer leurs différents composants : les matières fécales (50 à 70 % de la couche) contribuent à créer du compost ou de l’énergie (biogaz) ; le plastique récupéré (20 % de la couche), quant à lui, a une deuxième vie.

Par ailleurs, selon www.lescoucheslavables.fr, la fabrication des couches lavables solliciterait deux fois moins d’énergie, 30 % moins d’eau et trois à quatre fois moins de matières premières (pétrole et cellulose tirée du bois) que les couches jetables. Enfin, celles-ci ne présentent aucun risque sanitaire, puisqu’elles ne contiennent aucun produit chimique. Mieux : la plupart des tissus utilisés pour les confectionner sont bio ou certifiés Oeko-Tex®, un label accordé aux produits qui respectent les seuils réglementaires de substances nocives pour la santé. Sans oublier que le chanvre et la laine sont des matières respirantes et antibactériennes.

Côté budget ?
Le hic ? Vous dépenserez entre 400 et 800 € pour acheter vingt à quarante couches lavables. Certes, cela représente un investissement, mais si l’on prend en compte deux années d’utilisation, cela vous reviendra moins cher que les couches jetables, qui, elles, vous coûteront de 1 500 à 1 800 €. Et s’il ne faut pas oublier d’ajouter le budget consacré aux lessives (environ 400 € pour l’eau et l’électricité), les lavables, qui pourront vous resservir si vous avez un deuxième enfant, restent tout de même moins onéreuses que les jetables.

Un compromis ?
Hamac (www.hamac-paris.com) a lancé une couche à la fois jetable et lavable. La culotte, en microfibre, est constituée d’une membrane imperméable, respirante et anti-fuites. On y place un matelas absorbant lavable, recouvert d’une polaire (en chanvre et coton bio), ou un matelas jetable, biodégradable (100 % cellulose, sans chlore ni gel absorbant). Le plus : tous les tissus sont certifiés Oeko-Tex® 100 (textiles irréprochables pour la santé). Son prix ? Le coffret, avec une culotte, un matelas lavable, deux matelas jetables et un voile de protection : 32 à 34 .

(1) Selon 60 millions de consommateurs.
(2) Source : Cniid (Centre national d’information indépendante sur les déchets).

Où trouver des couches lavables ?

Popotins et Galopins, 26, rue Sainte-Croix, 44270 Machecoul.
www.popotinsetgalopins.com

ApiNapi, 59, avenue du docteur Arnold-Netter, 75012 Paris.
www.apinapi.fr

Bébés lutins, 28, place Charles-de-Gaulle, 03200 Vichy.
www.bebes-lutins.com

Maman natur’elle, 10, avenue Ronzier-Joly, 34800 Clermont-l’Hérault.
www.maman-naturelle.com

Bébé farceur, 100, route du Bourgeal-Dessus, 74130 Brizon.
www.bebefarceur.com

Le Bio Logis, 68, rue Jean-Eymar, 05000 Gap.
www.lebiologis.fr

Conseils pratiques pour le quotidien

Comme d’habitude, c’est à chacun de se prendre en main. L’ONG WECF propose des solutions simples : bannir les lingettes jetables et préférer le coton bio (ou serviettes lavables) avec de l’eau et un peu de liniment (produit naturel à base d’huile d’olive) pour nettoyer les fesses de bébé, ne pas utiliser d’eaux nettoyantes ni d’eaux de toilettes mais de l’eau et des savons doux, acheter des produits les plus naturels possible, huiles végétales bio et non parfumés pour masser le bébé… bref, revenir à des méthodes plus douces et naturelles pour nos poupons potelés !

Belle initiative, les maternités de l’Etoile à Aix-en-Provence et Almaviva à Vitrolles distribuent depuis ce mois-ci un sac « Elue Bio-Maman de l’année » à chaque future maman qui s’inscrit dans l’établissement. Les sacs offerts par l’Association Santé Environnement France proposent aux jeunes parents des alternatives pour dépolluer le quotidien de leur bébé. « L’idée est toujours la même depuis notre création : mieux informer pour permettre aux patients de devenir acteurs de la santé« , explique le Dr Pierre Souvet, Président de l’ASEF et auteur de l’ouvrage « 200 alertes santé-environnement ». Le kit contient un « Petit guide santé du Bio-Bébé », un « Mini-guide santé de la Femme enceinte », un liquide vaisselle Rainett spécial tétines et biberons, un fascicule sur les compléments alimentaires offerts par Nutergia et des couches Love & Green.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone