Insolite: Les animaux oracles du sport

Paul le poulpeL’Euro vient de commencer et tous les accros au foot rêvent de voir leur équipe favorite en finale, le 1er juillet prochain. Mais arrêtez donc de vous faire du mouron ! Il existe des animaux capables de vous prédire quelle équipe sera gagnante.

Débranchez vos ordinateurs, jetez vos calculettes et arrêtez vos équations : désormais les sportifs et parieurs professionnels font confiance aux animaux pour établir un pronostic fiable.

Tout a commencé avec Paul, le célèbre poulpe aux pouvoirs divinatoires. Ce petit céphalopode a prédit 12 victoires de l’Euro sur 14 en 2010. Sa dernière vision voyait même l’Espagne vainqueur de la Coupe du monde ! Un juste pari qui a permis au poulpe d’obtenir le titre de « Citoyen d’honneur d’Espagne ». La même année, Paul succombe aux trop gros remous de son succès. Au revoir.

Pour lui succéder, au championnat du monde de hockey sur glace, une étrange tortue a deux têtes de Slovaquie est choisie. C’est Magdalena.

Aujourd’hui, tous les espoirs reposent sur Khryak, le porc ukrainien. Ses talents sont visibles tous les jours à 16h sur la place publique (comme l’atteste cette vidéo http://fr.news.yahoo.com/video/monde-5213025/euro-2012-un-cochon-joue-le-role-de-paul-le-poulpe-en-ukraine-29610749.html). Son acolyte Fred le putois, lui aussi ukrainien, donnera ses résultats dans l’enceinte même des lieux de confrontation. Leur rivale ? Citta, l’éléphante venue d’Inde. La Pologne l’a déjà adoptée. Mais la plus redoutable d’entre toutes répond au nom d’Yvonne. C’est une vache dans laquelle les Allemands ont placé toute leur confiance pour prédire les résultats de la Nationalmannschaft.

L’illustre Jean De La Fontaine, dont nul n’ignore les fables moralisantes, disait : « Je me sers des animaux pour instruire les hommes ». Visiblement, ils servent désormais à instruire les bookmakers.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.