Les animaux de la semaine : un lâché d’hippocampes dans l’Hérault, des « Carnivores domestiques » et l’appel des chimpanzés

Au menu des animaux de la semaine : un lâché d’une centaine de jeunes hippocampes dans l’étang de Thau, le récit original des bêtes dans « Carnivores domestiques  » et la remise en question des expériences médicales sur les chimpanzés dans les laboratoires. A écouter ci-dessous (3’03)

















[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/12/revue-de-presse-du-2-decembre-2011.mp3|titles=revue de presse du 2 decembre 2011]










Version écrite des animaux de la semaine

Une belle expérience du Groupe d’études de l’hippocampe (GEH) vient de se dérouler dans l’étang de Thau (Hérault) et a ravi la Provence : on y a lâché une centaine de jeunes  hippocampes tout fringants pour découvrir la vie sauvage. Ils avaient été élevés au sein de l’écloserie de l’Institut océanographique Ricard, sur l’île des Embiez, dans le Var. Le but est de sauver cet animal si doux, si mystérieux, si étonnant avec son allure de petit cheval.  Inscrit sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature comme espèces menacées, il  n’est malheureusement pas encore protégé alors qu’il souffre de la pollution de l’eau et de la pêche, qu’elle soit accidentelle ou volontaire pour l’approvisionnement des aquariums. L’ambition de ce projet est d’en lâcher régulièrement dans la nature et de ne destiner aux aquariums que des animaux d’élevage.

Et vu l’engouement actuel des particuliers pour les aquariums, parions que nous allons entendre encore parler d’abus par des gens n’y connaissant pas grand chose. Appellera- t-on bientôt le véto au secours des poissons rouges ? C’est le  thème du livre qui a obtenu le prix 30 Millions d’Amis. Ce prix  récompense chaque année un roman ou un essai mettant à l’honneur les animaux. Le site 30millionsdamis.fr nous annonce que cette année l’heureux élu est Erwann Créac’h, qui a voulu être vétérinaire mais a finalement préféré devenir comédien, auteur et metteur en scène de théâtre. Son premier roman, « Carnivores domestiques », décrit l’univers absurde et décalé d’un vétérinaire sans cesse au chevet d’animaux accompagnant dans leur douleur et leurs névroses, des maîtres encore plus atteints. Le récit des animaux s’entrecroisent avec celui des hommes dans un humour parfois grinçant mais toujours profondément humain, sacrée vie de chien !

Notre auteur pourrait aussi écrire un roman sur le triste thème des animaux de laboratoires qui trouvent de plus en plus de personnes pour crier au scandale. C’est ce qu’il se passe aux États-Unis, seul pays avec le Gabon, a encore utiliser des chimpanzés. Un animal très proche de l’homme, donc intéressant pour les scientifiques, car il a permis, par exemple, de produire le vaccin contre l’hépatite B, mais qui remet en question des pratiques aussi cruelles, tant il nous ressemble comme un frère. Ils sont de plus en plus nombreux, constate le New-York Times, à demander que l’on développe d’autres méthodes, notamment avec des cellules, pour continuer la recherche médicale sans sacrifier des milliers d’animaux dans des conditions épouvantables chaque année. Tous ces chiens, chats, rats et singes qui n’ont d’autres tords qu’être des animaux.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.