Les animaux, ces obsédés sexuels

EXPO – Le Palais de la découverte présente «Bêtes de sexe», une exposition porno-animalière…

Faire des cadeaux, se parfumer ou chanter pour séduire: les humains n’ont rien inventé. La séduction est née chez les animaux et nous n’avons que peu raffiné les tactiques. Quant à la sexualité, les animaux nous prouvent qu’il n’y a pas de normes: entre femmes, entre hommes, seul ou à plusieurs, toutes les solutions sont bonnes pour perpétuer l’espèce. L’exposition «Bêtes de sexe», au Palais de la découverte à Paris, nous plonge dans le monde de la sexualité animale pour mieux interroger la nôtre.

Une belle crête bien rouge pour séduire sa poule

Le Palais de la découverte présente «Bêtes de sexe»Dans cette exposition «savante et impertinente», une centaine d’animaux naturalisés et des courts-métrages d’Isabella Rossellini, intitulés Green porno, nous mettent dans une ambiance torride. Mais on vient aussi pour apprendre des choses très sérieuses: «La sexualité est apparue il y a un milliard d’années et a commencé dans l’eau, explique Marie Canard, responsable de l’unité des sciences de la vie au Palais de la découverte. Au lieu d’être neutres, les êtres sont devenus sexués et il a fallu faire se rencontrer les cellules mâles et femelles.

Lorsque la sexualité est sortie de l’eau, pour que les gamètes se rencontrent sans se dessécher, il a fallu passer à la fécondation interne avec des organes génitaux spécifiques.» Et c’est là que les façons les plus sophistiquées de se reproduire sont apparues. Ainsi, les oiseaux, qui n’ont pas d’organes génitaux mais un cloaque qui leur sert à beaucoup de choses, pratiquent le baiser cloacal: ils se frottent le derrière.

Mais avant de passer à l’acte, il faut séduire: parades et parures sont de mise chez les volatiles. «Chez le coq, une crête et des bajoues de grande taille et bien rouges sont signes de bonne santé, ce qui plait aux poules», précise Marie Canard. Chez les hirondelles, c’est la symétrie parfaite de la fourche de la queue qui plait à ces dames. D’autres animaux misent tout sur les cadeaux qu’ils réservent à celle qu’ils convoitent. Et parfois, ceux-ci sont intéressés: «Quand l’araignée mâle s’aventure sur la toile de la femelle, il vient avec un gros cadeau alimentaire, sinon il se fait croquer lui-même, explique la spécialiste. Pendant que la femelle mange ce cadeau, le mâle fait son affaire puis s’en va en courant pour ne pas se faire dévorer.»

 

 

En page suivante : le hérisson, pour assurer qu’il sera bien le père des petits à naître, forme un bouchon dans le vagin de madame avec du sperme solidifié…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone