Les 100 ans de l’industrie aéronautique : décollage vers le futur !

C’est un paradoxe de notre époque : une activité polluante peut également favoriser la recherche pour une meilleure compréhension de notre planète, donc pour sa préservation. Exemple avec l’industrie aéronautique et spatiale qui, du 4 au 12 octobre, s’installe sur les Champs-Elysées à Paris, pour fêter ces 100 ans.

Le transport aérien, source humaine de gaz à effet de serre. Photo: EXM Compagny – H Goussé. Airbus SAS 2005.

A première vue, les transports aériens tels qu’ils existent actuellement ne sont pas vraiment durables à long terme. On leur attribue généralement entre 2 et 3 % des émissions de CO2, et leur impact réel pourrait bien être deux fois plus important, à cause des autres émissions des aéronefs (oxydes d’azote, vapeur d’eau) et de leurs effets : traînées de condensation, formation de cirrus… En plus, ces émissions sont le fait d’un nombre réduit de personnes, grosso modo les plus riches. Néanmoins, l’industrie aéronautique et spatiale s’évertue à montrer son engagement dans une politique de développement durable, avec des programmes de réduction des émissions, de recyclage et d’optimisation du trafic, avec également une recherche tourné vers l’avion du futur, vers les carburants alternatifs… En plus, les incursions de l’homme dans l’espace sont à l’origine, grâce aux satellites, d’importants progrès concernant la météo, les phénomènes atmosphériques, les océans, les courants, les puits et les sources de carbone, les glaces des pôles… Autant de connaissances aujourd’hui indispensables pour tous ceux qui étudient le changement climatique et le fonctionnement de la Terre.

Les satellites permettent de mieux comprendre les mécanismes climatiques de la Terre. Photo: EADS Astrium’

Ainsi, un espace dédié à l’environnement et au développement durable agrémente-t-il l’imposante exposition installée sur les Champs-Elysées, à Paris, à l’occasion du centenaire du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS), du 4 au 12 octobre. Ou quand l’avion solaire va faire écho à celui de Blériot. Ou quand l’aéronautique se retrouve face à son avenir, sur la plus belle avenue du monde transformée en piste d’atterrissage virtuelle ! Le pavillon « Aéronautique, espace et environnement » se veut ludique, imagée et didactique. Le visiteur se promène dans des alcôves thématiques, passant de programme scientifique en concept futuriste, de la navigation par satellite à de l’aile volante, des engagements pour la protection de l’environnement aux avancées technologiques des moteurs et autres matériaux. 15 minutes de balade pédagogique pour décoller vers le futur ! V.R.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone