Post COP21 :

L’Empire du charbon contre-attaque

Alors que les scientifiques sont inquiets sur la réalisation de l’objectif 1,5°C, qui signifierait une réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre de 70 à 95% d’ici 2050, les lobbies du charbon lancent un nouveau pavé dans la mare. Brian Ricketts, secrétaire général de l’association européenne pour le charbon et le lignite (Euracoal), vient d’envoyer une lettre aux membres de la Commission européenne pour réclamer un projet moins ambitieux au plus vite, soit d’ici 2016.

industry-810799_1280

L’accord de la COP21, signé par les 195 Etats membres de la Convention-Cadre des Nations Unies le samedi 12 décembre à Paris, est ambitieux et a été salué par de nombreuses ONG. Mais peut-être trop ambitieux pour les lobbies du charbon qui se sentent menacés par cette décision. En effet, le secteur des énergies fossiles est le principal pollueur de la planète avec 80% des émissions mondiales de CO2, selon le Commissariat Général du Développement Durable.

Le secrétaire général de l’association européenne pour le charbon et le lignite ne pouvait donc pas rester les bras croisés et la bouche close. Dans une lettre ouverte envoyée aux membres de la Commission européenne, Brian Ricketts accuse l’ONU de dépeindre, à tort, les énergies fossiles comme « l’ennemi public numéro un ». Ce grand lobbyiste ose même plaider ses intérêts en expliquant qu’après l’accord de Paris, le secteur du charbon « sera haï, trainé dans la boue, comme l’ont été les marchands d’esclaves avant eux ». Pas sûr que cela lui soit favorable, surtout qu’il ne s’arrête pas en si bon chemin…

Selon Brian Ricketts, les ONG seraient « antidémocratiques ». Il prend pour preuve une manifestation organisée par Greenpeace le dernier jour des négociations autour de l’Arc de Triomphe, en soutenant que « L’Etat de droit est remplacé par la loi de la foule ». Laisser « la foule » s’exprimer serait donc « antidémocratique » ?

Preuve que, pour les géants des énergies fossiles, tous les moyens sont bons pour protéger leurs intérêts. La suite au prochain numéro…

Source

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !