L’édito d’Alexis du Fontenioux du blog Valinkeo

L’édito d’Alexis du Fontenioux du blog Valinkeo

L’image était inouïe, surréaliste, inimaginable, les chefs d’Etats et de gouvernements des 20 pays les plus industrialisés du monde se tenant bras dessus, bras dessous, hilares ! Le problème de la régulation et des dysfonctionnements des marchés financiers seraient donc en voie d’être réglés, les chemins de la sortie de crise trouvés ! Le tout dans un climat d’unanimité tel qu’il ferait douter un altermondialiste. Sans vouloir tomber dans un cynisme trop facile, on ne peut que douter de la réalité de ce qui est avancé. Les intérêts de chaque nation sont suffisamment divergents pour comprendre qu’il s’agit plus d’une mise en scène destinée à rassurer les marchés financiers et à restaurer une confiance perdue, que d’un réel accord sur le fond et surtout sur le long terme. Cependant, il faut reconnaître qu’un pas est franchi, les Etats Unis et la Chine (principaux acteurs de ce G20), la Russie et l’Europe, l’Inde et le Brésil ont assumé l’importance d’une unanimité de circonstance.

President OBama - Close Up
Creative Commons License photo credit: Fred Dawson

Faisons un rêve, le rêve d’assister en décembre 2009 à un  spectacle similaire à l’issue du sommet sur le climat de Copenhague. Les sommets internationaux en la matière ont jusqu’à présent donné un goût amer de temps perdu, de demi-victoires, de demi-mesures. Les acteurs sont sortis fatigués de leurs interminables négociations, fatigue exacerbée par la mauvaise volonté évidente des différentes délégations et par la connaissance de l’urgence climatique. A Bali, les protagonistes n’avaient pas le cœur à rire. Rio, Johannesburg, Kyoto, la liste est longue et les quelques victoires obtenues semblent aujourd’hui bien dérisoire face à ce G20, où la démonstration est faite que lorsque l’on touche au portefeuille, la discussion s’ouvre. En mars 2009, dans cette même ville de Copenhague, s’est tenue une conférence préparatoire démontrant que les prévisions les plus pessimistes en matière de changements climatiques étaient d’ores et déjà dépassées. Les scientifiques ont fait leur travail et attendent maintenant la réaction politique.

Alors faisons ce rêve que la crise environnementale soit appréciée à sa juste valeur ; que face à l’urgence, les délégations sortent de Copenhague bras dessus, bras dessous en déclarant : « nous avons sauvé le climat », « un monde nouveau est né ». Tout comme les déclarations issues du G20 de Londres, nous n’y croirions guère mais l’essentiel serait fait : le premier acte d’une politique mondiale et coordonnée sur le climat, le premier pas. Pour que ce rêve se réalise, il faudra hisser le souci environnemental au même niveau que la préoccupation économique et sociale. Allez, encore un effort et nous pourrons tous être « hilares »!

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.