Le web-solidaire tisse sa toile

Le web solidaire est partout sur Internet. Offrant de multiples services, il se développe à pas de géant, à l’image des réseaux sociaux. Reste son aura médiatique, encore marginalisée au regard de son influence sur le web. Néoplanète a profité des 3èmes Rencontres de Babyloan pour faire le point sur ce cyber-phénomène.

« S’engager dans des moments très resserrés dans le temps ou sur le long cours, à travers par exemple une association, un site de microcrédit en ligne, pour donner de l’argent, du temps ou en faisant connaître son opinion ».

Cette définition est signée Angela de Santiago, co-fondatrice de Youphil, media web dédié au monde de l’engagement et de la solidarité. Elle montre la capacité d’Internet à démocratiser toutes les initiatives solidaires, à l’échelle d’un individu ou d’un collectif.On y recense les sites d’infos, les sites de redistribution et de collecte ou les plateformes communautaires, à l’instar de Babyloan, sans oublier le websolidaire axé sur « le feel good living », le bien-être littéralement.

Mais plus précisément, selon une approche sociologique, Nicolas Stern, fondateur de Peuplades.fr voit dans le web-solidaire quatre formes d’engagements, qui ont évolué de manière chronologique : « d’un mode charitable où la difficulté résidait à lever des fonds, recruter des bénévoles, on est passé à un mode mutualiste puis à un entrepreneuriat social pour finalement devenir décloisonné, à l’image de ce que permet Myspace de nos jours, en sensibilisant les internautes via les amis des profils ». La finalité est la même, provoquer l’empathie, mais c’est l’approche qui change, avec la transparence et le rôle de l’image qui influencent le choix de l’engagement.

Un changement dans l’organisation

Stricto sensu, le web-solidaire ne se limite plus aux professionnels, aux associations. Chaque citoyen-internaute, le citoyen 2.0 ainsi appelé, peut développer une initiative solidaire. Ce qui peut provoquer un risque d’émiettement.

Pour Xavier Thieulin, expert dans les usages sociaux et politiques du web, « s’il est avéré que les gens vont pouvoir choisir davantage de modes de contribution et donner à de multiples associations au lieu d’une seule, in fine ça décuple tellement la capacité de toucher plus de gens, en leur donnant des preuves et en s’adaptant que l’émulation devrait l’emporter ».

Par exemple, l’association qui construit un orphelinat au Sénégal aura plus de difficultés à obtenir des dons de la part d’internautes, si elle ne trace pas clairement le don jusqu’à la réalisation du projet. C’est l’idée de One Heart Channel, web-tv lancée il y a deux ans par Laure Drévillon : faire parler du monde solidaire sans misérabilisme, en parlant de situations concrètes, en dehors des périodes d’urgence.

En parler au quotidien et non seulement en réponse à une catastrophe mondiale comme cela a été le cas avec le tremblement de terre d’Haïti. Et avoir une meilleure visibilité au niveau des médias, en remontant les informations sur le terrain. C’est dans ce contexte, à travers ce décalage entre pays pauvres et pays donateurs, notamment au niveau de la fracture numérique, que se développe une « philanthropie active ». On ne privilégie plus spécialement les dons, on s’engage sur le long-terme. A l’image du microcrédit.

Développer la proximité dans les échanges

On les appelle les plateformes communautaires de « peer to peer ». Elles sont une quinzaine dans le monde, très peu eu égard à leur potentiel. Elles permettent des emprunts solidaires avec des intérêts très faibles à des individus insolvables, souvent déclassés du système qui veulent par exemple monter leurs micro-entreprises.

Babyloan.org, fondé il y a trois ans par Arnaud Poissonnier, est le leader européen dans ce secteur. Présent dans de nombreux pays en développement, et crée en 2008, Babyloan compte 6000 prêteurs à ce jour sur son site et 2700 projets réalisés. S’il bénéficie d’une organisation bien huilée, il doit cependant faire face à de nombreuses contraintes bancaires ou juridiques. Ce qui explique le faible nombre de plateformes de microcrédit dans le monde. Des échanges qui font participer les donateurs et leurs font suivre des projets sur le long terme tout en prenant le risque de n’être pas remboursé.

Apportant de multiples garanties au gré de son expérience partagée, Babyloan va connecter prochainement des donateurs et des bénéficiaires à proximité de chez eux. Les échanges ne seront plus cantonnés Nord-Sud. Une évolution qui traduit une dynamique actuelle, comme on le voit avec la fête des voisins, où les solidarités les plus primaires sont remises au goût du jour.

Le websolidaire brasse donc de multiples échanges, de multiples pétitions comme Move.on contre la guerre en Irak, et s’articule sur des thèmes très divers, à l’image de Tree Nation. Ce site Internet propose de planter un arbre via un don pour lutter contre la désertification au Niger.

Eclectique, le web-solidaire se développe aussi via les sites d’Open Data (accès libre aux données). Comme avec Sourcemap investi dans le développement durable, qui apporte une sensibilisation à la consommation des produits et à la traçabilité de ceux-ci, au niveau de la chaîne logistique.Toujours avec cette idée de rendre la proximité de plus en plus grande entre internautes, cheval de bataille du web solidaire.


Xavier Thieulin, fondateur de La Netscouade et expert dans les usages sociaux, explique les origines du websolidaire, ses avantages et quel sera le web solidaire de demain:

Quelles sont les origines du web solidaire et quels sont ses avantages?

Thieulin expert es communication solidaire

Quel sera le web solidaire de demain?

quel sera le web solidaire de demain


Nathan Stern, sociologue,psychologue et concepteur du site Peuplade.fr. précise comment le web solidaire doit évoluer, notamment au niveau de son impact social:

nicolas stern peuplades

Plus d’infos sur le web solidaire:

Babyloan.org: Plateforme communautaire de microcrédit qui finance des projets dans les pays en développement:www.babyloan.org/

Youphil: portail numérique qui recense les médias des solidarités www.youphil.com/

Peuplade.fr: Site qui a pour but de favoriser la mise en relation et l’échange entre voisins:www.peuplade.fr/

One Heart Channel: Web TV, portail multimédia sur les solidarités:www.oneheartchannel.com/

Tree Nation: Association qui propose de collecter des dons pour planter des arbres au Niger:www.tree-nation.com/

Sourcemap: Outil collaboratif qui permet de déterminer la provenance et l’empreinte carbone des produits de consommation www.sourcemap.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone