Sport : le tir à l’arc monte en flèche

Le 16 juillet, en visite à l’Institut national du sport (Insep), François Hollande s’adonnait à une petite séance de tir à l’arc. Un bon moyen de revaloriser ce sport de légende qui, bien que discret, fait partie des pratiques sportives « écolo ». Une bouffée d’air frais !

Robin des Bois, Legolas et Rebelle sont autant de héros qui sensibilisent indirectement les nouvelles recrues au tir à l’arc et à la nature. Il n’y a donc rien d’étonnant à voir le nombre de clubs et d’adhérents croitre (1626 clubs en France et 66 423 licenciés de tir à l’arc, c’est un record pour la discipline).

Un sport sain dans un esprit sain:

  • Zéro pollution sonore : le tir à l’arc est un sport calme qui se pratique de plus en plus en pleine nature (environ 30% des archers).
  • Les flèches réutilisables : elles sont peu nombreuses, les flèches en bois (la majorité sont en aluminium ou en carbone) ! Toutefois, contrairement « au tir au pistolet, les flèches de l’arc sont réutilisables, ce n’est pas le cas des douilles », précise Laurence Frère, directrice de la communication de la FFTA (Fédération française de tir à l’arc).
  • Le respect de l’environnement : les clubs sont « attentifs et prennent soin de l’environnement dans lequel ils tirent, car ils évoluent dedans », poursuit Laurence Frère.
  • Des cibles naturelles : les cibles, en paille ou en mousse, sont  réutilisables.
  • Les arcs sont souvent en bois. Et les clubs privilégient les structures en bois.

 

Des exemples de sports moins écolo :

  • carton rougeCarton rouge pour le football avec ses 1,3 ballon commercialisé dans le monde par seconde (dont 70% sont faits au Pakistan), ou ses 100 millions de litres d’eau nécessaires pour arroser les pelouses des stades français.
  • Les dérapages de la Formule 1. Saviez-vous que 616 pneus sont acquis pour chaque Grand prix ? La F1, c’est aussi 4 950 litres d’essence consommés sur un Grand prix (sans parler des séances de qualifications ou d’entrainements), ou 8 400 tonnes de CO2 dégagés pendant les 3 jours du Grand prix de Belgique de 2007. Attention toutefois : 90,5% de ces émissions étaient produites par les visiteurs et les médias.

 

Le saviez-vous ?

Le tir à l’arc n’est pas un sport de fille… loin de là ! Elles ne représentent que 23% des licenciés. Mais c’est une des principales cibles de la FFTA qui espère que le dernier long métrage de Pixar « Rebelle » les attirera vers ce sport.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.