Le solaire en 2020 : de la chaleur, du courant et des emplois !

23 millions de M2 de panneaux solaire pour produire de l’eau chaude ou pour chauffer les maisons, 70% des bâtiments neufs produisant de l’électricité photovoltaïque, 115 000 emplois (45000 dans le thermique, 70 000 dans le photovoltaïque)… Ce sont les perspectives des professionnels français de l’énergie solaire à l’horizon 2020.

Les professionnels du solaire sont optimistes. Pour eux, pas de doute, le solaire, c’est la future énergie de l’Europe et de la France. Leurs objectifs sont supérieurs à ceux du Grenelle de l’environnement, en particulier concernant le solaire photovoltaïque, qui sert à fabriquer de l’électricité. Malgré tout, le plus simple et le moins cher à développer massivement reste le solaire thermique.

Panneaux thermiques : 23 millions de mètres carrés

Dans les régions qui ne sont pas exposées au gel, le réservoir d'eau peut se trouver au même niveau que les capteurs de chaleur
Dans les régions qui ne sont pas exposées au gel, le réservoir d'eau peut se trouver au même niveau que les capteurs. c/Vincent Rondreux

Le potentiel de développement du solaire thermique domestique, c’est-à-dire des systèmes de chauffage solaire et a fortiori des chauffe-eau solaires, apparaît particulièrement important en France. Contrairement à une idée reçue encore tenace, l’ensoleillement est suffisant pour en installer partout, même dans le Nord et le Nord-Ouest. Varie seulement, selon la région, le nombre de panneaux à installer.
L’association des professionnels français du solaire, Enerplan, estime que le parc cumulé pourrait représenter plus de 23 millions de M2 en 2020, soit près de 8 millions de logements équipés. Or, la France n’affichait fin 2007 que 1 489 400 M2 installés dont 323 000 M2 mis en place dans l’année, outre-mer inclus. Et avec un objectif 2008 de l’ordre de 380 000 M2 pour 6 000 emplois et 465 millions d’euros de chiffre d’affaire. Il en reste donc toujours une bonne vingtaine de millions à implanter en un peu plus de 10 ans ! L’objectif est d’être capable d’installer 2 700 000 M2 par an en 2020, avec 45 000 emplois à la clé.
Photovoltaïque : objectif  3% de l’électricité

Sur cette maison l'ensemble d'un pan de toiture est couvert de capteurs photovoltaïque
Sur cette maison, l'ensemble du pan de toiture est couvert de capteurs photovoltaïque. c/Solarworld

Concernant le solaire photovoltaïque, Enerplan attend, en terme de puissance installée, un potentiel de marché trois fois supérieur à celui indiqué par le Grenelle de l’environnement. En ne se basant « que sur le potentiel du bâtiment neuf et de la rénovation de l’existant », les professionnels du solaire envisagent que le marché de la France métropolitaine atteignent 13, 400 gigawatts crête (GWc, soit 13 400 000 000 watts crête) fin 2020, uniquement dans le bâtiment. Cela couvrirait près de 3% de l’électricité consommée. Quand on part de quasiment zéro, cela représente une intense progression. « Cette prospective suppose une pénétration prioritaire du photovoltaïque dans le neuf (de 4% des constructions en 2009, à 18% en 2013, 45% en 2015, 70% en 2020) et une pénétration relative dans la rénovation des bâtiments anciens (2% des bâtiments rénovés) », précisent-ils.
En 2008, ce sont 120 mégawatts crête (MWc) installés qu’Enerplan espérait atteindre, avec un chiffre d’affaires voisin du milliards d’euro. Pour 2020, la cadence annuelle convoitée est de 2 gigawatts crête (GWc) installés, soit 16 fois plus, et avec 70 000 emplois. www.enerplan.asso.fr

Vincent Rondreux

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone