Le sénateur Povinelli défend le droit des animaux

Doit-on tolérer les combats de coqs et les corridas ? Roland Povinelli, sénateur des Bouches-du-Rhône (Provence-Alpes-Côte d’Azur), se bat contre ces pratiques barbares. Il a déposé trois propositions de loi pour protéger nos amis les bêtes, dont une le 5 mai dernier portant sur les sévices envers les animaux.

« Une conception traditionnelle et dominante dans notre société était basée sur la croyance d’une discontinuité radicale, voire d’une opposition, entre l’être humain et le reste des animaux », écrit  Roland Povinelli dans la proposition de loi N° 493. Révolté par la corrida et les combats de coqs, le  sénateur des Bouches-du-Rhône a un objectif : faire que le septième alinéa de l’article 521-1 du code pénal soit supprimé.

Cet article condamne le délit d’acte de cruauté envers les animaux apprivoisés ou tenus captifs, à l’exception des « courses de taureaux lorsque existe une tradition locale ininterrompue » et des « combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie. »

« A l’image des taureaux, qui sont souvent mutilés avant d’entrer dans l’arène, les coqs ont la crête, les oreillons et les barbillons réduits à leur plus simple expression pour éviter d’offrir une prise trop facile aux becs de leurs adversaires », précise Roland Povinelli.

Le sénateur ne voit qu’une justification à l’existence de ce non-sens juridique : la tradition. Dans la proposition de loi  493, il dénonce entre autres  la notion de « tradition locale ininterrompue » dans une société où « les traditions changent et des pratiques considérées comme acceptables il y a à peine quelques années sont actuellement illégales ou sont considérées comme éthiquement inacceptables », mais aussi ces débats d’ordre géographiques qui bafouent le principe d’égalité des citoyens devant la loi.

Roland Povinelli espère donc faire valider cette proposition de loi qui vise à punir, sans exception, tous les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés, ou tenus en captivité. Le sénateur est actuellement en phase de cosignature au Sénat jusqu’au 20 mai.

Vous pouvez encourager par mail et/ou par courrier tous les sénateurs à cosigner cette proposition de loi. Vous trouverez dans le lien ci-après les coordonnées de votre sénateur :  www.senat.fr/senateurs/senatl.html

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone