Le réchauffement climatique, ça changera quoi ?

L’augmentation du niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère renforce de manière significative la croissance des plantes, ce qui pourrait donc accroître les rendements. Cependant, la hausse des températures et, dans certains endroits, les phénomènes météorologiques extrêmes tels que la sécheresse ou les fortes pluies menacent a contrario de réduire ces mêmes rendements.

Moins de riz d’ici la fin du siècle

Le chercheur irlandais Jan Kees van Groenigen, du Trinity College de Dublin, et ses collègues ont rassemblé les résultats de 63 études afin de déterminer ce qu’il adviendrait de la culture du riz avec le réchauffement de la planète. Ils ont découvert que si la culture et les variétés de riz restaient les mêmes, la hausse du niveau de dioxyde de carbone ne serait pas entièrement compensée par les augmentations de température – qui, de surcroît, contribueraient à une augmentation des rejets de méthane, un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2, à partir des rizières. L’étude a révélé que les rendements de riz devraient alors chuter d’un tiers d’ici la fin du siècle, alors que les émissions de méthane provenant de la culture du riz augmenteraient de 58%. Additionnez ces facteurs et, pour un niveau donné de production, les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production de riz devraient globalement plus que doubler.

chocolatL’industrie du chocolat menacée de fondre

D’après le Centre international d’agriculture tropicale (CIAT), la hausse des températures au Ghana et en Côte d’Ivoire pourrait être catastrophique pour la production de cacao. Or les petits producteurs ghanéens et ivoiriens produisent plus de la moitié du cacao utilisé par l’industrie du chocolat dans le monde.

Toutefois, pour Peter Laderach, du CIAT, si les conclusions du rapport sur le cacao sont inquiétantes, on peut se préparer à la hausse des températures : « Les agriculteurs, les gouvernements, les scientifiques et les principaux acteurs de la chaîne d’approvisionnement du cacao peuvent faire beaucoup pour aider à protéger et à améliorer la production de cacao. Mais ces mesures doivent être mises en œuvre très rapidement. » Les producteurs s’intéressent déjà à l’amélioration des systèmes d’irrigation ainsi qu’au recours à des variétés de cacaotiers plus résistants à la chaleur.

La bière menacée par la sécheresse

Les sécheresses provoquées par les changements climatiques limitent les récoltes de  houblon et d’orge, essentiels à la production de bière. La production de bière allemande aurait ainsi chuté à cent millions d’hectolitres pour la première fois depuis 1990. En 2009, un immense système d’irrigation a cependant été financé par l’Union européenne afin de permettre au houblon allemand de résister aux sécheresses estivales.

 

Par Green et Vert

Retrouvez toute l’actualité internationale du développement durable sur le site de notre partenaire Green et Vert.

 

En page suivante : un coût pour nos économies.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone