Le printemps s’annonce dans les jardins potagers

En apparence, les jardins semblent plus assoupis que jamais. Pourtant, on voit poindre quelques pousses vertes, quelques bourgeons : le printemps n’est pas loin, et avec lui arrive toute une année de récoltes, de découvertes et de labeur ! Pour bien s’y préparer, voici quelques conseils avant l’arrivée de la belle saison.

« Pour l’instant, c’est surtout l’heure du bilan, avant que tout se remette en route. Avant de vous précipiter sur vos outils, prenez le temps de vous promener dans votre jardin, de regarder autour de vous, de voir ce qui a pu souffrir du gel, ce qui doit être élagué, redressé ou protégé. » Voilà les premiers conseils de Maria van Gool, jardinière. Commencez à réfléchir à la façon dont vous allez organiser vos plantations : où ira chaque type de légume ? De combien de place aura-t-il besoin ? Comment les rotations se feront-elles ?

Ensuite, il est temps de préparer vos semences : si vous utilisez les graines de vos récoltes passées, vous pouvez simplement les sortir et vous assurer qu’elles sont encore en bon état. Si vous commandez vos semences, vous passerez certainement un agréable moment à parcourir les catalogues en calculant le nombre de sachets dont vous aurez besoin. Si vous êtes tenté par l’aventure des légumes anciens, vous pouvez consulter des associations spécialisées comme Kokopelli.

Après le bilan, le travail !

Certains vous diront qu’il est temps de bêcher la terre du potager. Pourtant, de plus en plus de jardiniers sont intéressés par des formes de culture moins invasives. Ils s’accordent à dire que bêcher n’est pas forcément une bonne chose. Il suffit d’ « aérer » un peu la terre, c’est-à-dire d’en briser la croûte supérieure sans la retourner : cela ne chamboulera pas l’écosystème sous terre, et assèchera moins cette dernière.

Vous pouvez aussi commencer à réchauffer un peu de terre en intérieur pour pouvoir y planter vos premières semences : salades, poivrons ou tomates. Cela leur donnera l’occasion de se fortifier un peu avant d’être replantées. Certains ne jurent que par les étapes progressives : plusieurs rempotages avant d’être mis à l’extérieur. D’autres plantent presque toutes leurs semences directement dans le jardin. A vous de choisir ! Quelle que soit votre méthode, avant de procéder aux premières plantations, pensez à sortir de terre les dernières récoltes de l’hiver : salades d’hiver, poireaux…

Enfin, le plus agréable pour la fin : le compost ! Maria rappelle qu’il « doit être entièrement retourné, le mieux étant d’avoir un deuxième bac dans lequel vous pouvez simplement le transférer. Ou bien, si vous ne l’avez pas encore fait durant l’automne, vous pouvez vider entièrement votre compost et le répandre dans tout le jardin. » Vérifiez aussi vos bacs de feuilles mortes récoltées pendant l’automne. Si elles sont compostées à l’écart, elles offriront l’humus le plus riche et le plus léger.

Spécial balcon

Mais n’oublions pas qu’un grand nombre d’entre nous doit se contenter d’un petit balcon pour satisfaire son âme de jardinier ! La démarche est alors plus ou moins la même, mais à une échelle bien plus réduite. C’est aussi l’occasion de faire un petit nettoyage de printemps avant que les pots ne se multiplient et ne s’alourdissent : balayer, nettoyer ou réorganiser l’espace…Il est petit mais les tâches ne manquent pas !

Les débutants peuvent aussi commencer un petit compost : il suffit d’avoir plusieurs petits bacs ainsi que des vers, qui se chargeront de réduire nos déchets organiques en engrais. Côté  plantation, on peut opter pour des espèces végétales qui pousseront bien en pot : laitue, radis, tomates cerise, herbes aromatiques…

Voilà, les préparatifs sont faits. Ne reste plus qu’à reprendre son souffle avant le marathon de la saison chaude. Puis de profiter des fruits de son labeur. A l’heure de la mode locavoriste, on ne peut pas faire de circuit plus court !

 

 

© Photos : Pierre Marcel/Flickr- bpmm/Flickr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone