Le périph’ moins vite, à quoi ça sert ?

Flickr tetueLimiter la vitesse pour que ça roule mieux ? Pourquoi pas mais encore faudrait-il que ça roule tout court. Toujours est-il qu’à partir de janvier 2014, la  vitesse sera limitée à 70km/h sur le boulevard périphérique parisien contre 80km/h aujourd’hui.

Décidée par le ministre de l’Intérieur et réclamée depuis longtemps par Bertrand Delanoë, cette mesure doit permettre de réduire la pollution de l’air, de faire baisser le nombre d’accidents et surtout de diminuer les nuisances sonores de cet axe urbain hyper fréquenté (1,2 million de véhicules/jour). La baisse du niveau sonore correspondrait à une réduction du trafic de 15 à 20%, déjà réduit par un nouveau revêtement phonique.

flickr MPD01605Côté pollution, le gain est moins évident car ce sont d’abord les embouteillages qui polluent le plus. Or la vitesse moyenne sur le périph’ n’est que de 37 km/h. Un trafic plus fluide limiterait les effets d’accélération et de décélération et correspondrait à une baisse de la pollution atmosphérique de l’ordre de 5%, selon l’ADEME. D’après Airparif, le Périph’ contribue à 20% des émissions totales parisiennes de particules fines et à 12 % de toutes les émissions de CO2 de la capitale.

Le boulevard périphérique parisien a « fêté » récemment ses 40 ans.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.