Innovations

Le maillot de bain connecté

Après la montre et les lunettes connectées, voici le maillot de bain ! La créatrice française Marie Spinali vient de lancer Spinali Design, la première collection pour femmes munie de capteurs d’ensoleillement pour avertir l’utilisatrice lorsque celle-ci est trop exposée.

Spinali

Comment ça marche ?

Un capteur d’ensoleillement grand d’un centimètre est intégré au maillot de bain. Relié à un smartphone, celui-ci envoie un message instantané à l’utilisatrice pour lui indiquer de remettre de la crème solaire en fonction de sa peau. Pour les plus coquines (ou fainéantes), une fonction « Valentin » permet d’envoyer ce message sur le téléphone de son conjoint, afin qu’il se charge de l’application de crème.

Les tissus des maillots de bain sont européens et imprimés en France. Le design des vêtements, leur fabrication, et le développement des applications sont quant à eux faits à Mulhouse.

Autre point positif : aucune des photos présentant les maillots n’a été retouchée, afin de combattre les clichés de la femme parfaite.

À quoi ça sert ?

À éviter les coups de soleil et à prévenir les cancers de la peau, évidemment. Mais on peut tout de même remettre en question la véritable utilité de cette innovation car il faut de toute façon être très vigilant et ne pas se fier à une application pour protéger sa peau.

Les maillots de bain connectés intéressent néanmoins le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, qui s’est associé à la créatrice pour développer un tissu entièrement connecté (et non pas simplement équipé d’un capteur).

En attendant, les maillots de bain seront dès le 21 mai disponibles en ligne dans six modèles, entre 150 et 200€.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.