Santé

Le lait, notre ami pour la vie ?

Les ventes de lait chutent en France. En 2014, elles ont baissé de 3% et ont reculé de 10% au cours des dix dernières années. Les courants anti-lait se multiplient, celui-ci étant accusé de causer des troubles de la digestion, voire des pathologies. De nombreuses personnes se sont rendues compte qu’en abandonnant le lait de vache, elles se sentaient beaucoup mieux. Alors, le lait est-il vraiment bon pour la santé ?

-pixabay

  • Le business passe avant la santé

En 1954, Pierre Mendès France instaure la distribution de lait dans les écoles pour lutter contre la dénutrition des élèves. En 2015, les autorités recommandent toujours de consommer des produits laitiers trois fois par jour, voire quatre pour les adolescents et les personnes âgées. Il faut bien comprendre que le lait de vache représente un marché considérable. En France, le chiffre d’affaires annuel avoisine les 27 milliards d’euros, avec pas moins de 24 milliards de litres de lait produits. Les industriels n’ont donc aucun intérêt à se demander si le lait est vraiment bon pour la santé. Dans les élevages industriels, les vaches sont nourries au soja et au maïs, quand ce n’est pas aux hormones, ce qui change la nature de leur lait. En plus, elles sont très régulièrement traitées aux antibiotiques et broutent des pesticides. Le lait vous tente toujours ? Attendez de lire la suite.

  • Faut-il boire du lait de vache pour bien grandir ?

Il existe trois facteurs de croissance dans le lait de vache (EGF épidermiques, IGF insulinométriques, et TGF-B transformants) : l’un pour la peau du veau, le second pour son tube digestif et le troisième pour ses muscles et ses tendons. Les facteurs de croissance sont nécessaires au développement de l’animal et lui permettent de prendre plus de 300 kg en un an, -pixabaymais les humains n’en n’ont pas besoin. Ils sont même dangereux pour notre santé car ils peuvent favoriser le développement de certains cancers comme le cancer de la prostate ou de la vessie, selon l’Institut américain de la recherche contre le cancer. 
Le lait vendu dans les supermarchés conserve les facteurs de croissance. Le lait stérilisé UHT est passé sous haute température (180°) pendant quelques secondes, tuant les germes mais pas les facteurs de croissance, qui sont des ensembles chimiques lourds et résistants. Pour les éliminer, il faudrait faire bouillir le lait pendant plusieurs minutes, processus trop long et trop coûteux pour des industriels.

  • Le calcium, c’est pas que dans le lait



Le calcium, c’est bon pour les dents et les os, mais ce n’est pas utile d’aller le chercher dans le lait car bien d’autres aliments en contiennent. Les crucifères comme les brocolis et le chou en sont gorgés et sont excellents pour la santé. On retrouve -pixabayégalement beaucoup de calcium dans les sardines, les fruits secs, le tofu, les algues ou encore la cannelle. Le calcium des produits laitiers n’est assimilable qu’à hauteur de 30 % par l’organisme quand 50 à 70 % du calcium des légumes est absorbé. Une bonne raison pour troquer son yaourt contre des fruits secs. En plus, une étude finlandaise montre également que le diabète de type 1, comme toutes les maladies auto-immunes, est favorisé par la consommation de lait de vache. Et non, le lait ne protège pas des fractures ni de l’ostéoporose, ce serait peut-être même le contraire…

  • Alors, on en boit ou pas ?

Pas n’importe comment. Le bon lait, c’est un lait bio et bouilli, de chèvre ou de brebis. Acheté en supermarché, le lait est « probablement un poison qui tue lentement » selon l’Institut pour la Protection de la Santé naturelle (IPSN), et ce indépendamment des problèmes d’allergie et d’intolérance au lactose que l’on peut développer par ailleurs. Le breuvage blanc n’est pas essentiel à un régime alimentaire équilibré, car on peut trouver calcium et protéines ailleurs. Et puis les laits végétaux c’est aussi bon, non ?

A lire : L’enquête Campbell, de T. Colin Campbell et Thomas M. Campbell, et Lait, Mensonges et Propagande de Thierry Souccar.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Apprentie journaliste à l'Université de Liège en Belgique, amoureuse des chats, experte en rien mais passionnée par tout. Soucieuse de l'environnement, elle a posé ses valises chez Néoplanète.