« Le jeûne, une nouvelle thérapie ? », pour guérir sans médicaments

Diabète, hypertension, cancers… Dans les pays occidentaux où les maladies se multiplient, le recours aux médicaments devient automatique. Mais s’il existait une alternative : le jeûne ? Cette piste, explorée par de plus en plus de médecins et chercheurs en Russie, en Allemagne et aux États-Unis, fait l’objet du documentaire « Le jeûne, une nouvelle thérapie ? » diffusé jeudi sur Arte.

« Puisque le corps possède des mécanismes de défense, n’existe-t-il pas une méthode pour les mettre en œuvre, les stimuler automatiquement ? Dans quelle mesure cette méthode est-elle efficace ? L’a-t-on étudiée scientifiquement ? Ce film sur le jeûne est en quelques sorte une réponse à ces questions », expliquent les deux réalisateurs Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade.

Le voyage commence dans la plaine sibérienne, au sanatorium de Goriachinsk. Son centre de jeûne créé en 1995 accueille des patients atteints d’asthme, de diabète, de rhumatisme, d’allergie… Le traitement ? Ne rien ingurgiter à part de l’eau pendant douze jours en moyenne. Les deux tiers voient leurs symptômes disparaître après une ou plusieurs cures.

Le documentaire nous emmène aussi en Allemagne, à la clinique Buchinger, où l’on soigne par le jeûne des maladies chroniques, et aux États-Unis, où Valter D. Longo, professeur de biogérontologie à l’université de Californie, étudie les effets du jeûne sur des souris atteintes de cancer.

« Notre enquête nous a révélé que des chercheurs en Union soviétique avaient étudié les mécanismes du jeûne pendant plus de quarante ans, avaient expérimenté le jeûne thérapeutique sur des dizaines de milliers de patients, poursuivent les réalisateurs. Tout cela minutieusement décrit dans de nombreuses études, des dizaines de tomes… Études jamais traduites donc restées inconnues en Occident. »

Cependant, le docteur Claude Bronner, président du syndicat Union Généraliste, rappelle que le jeûne n’est pas sans risques. Il explique dans une interview accordée à Arte que jeûner de manière extrême peut modifier le fonctionnement du cerveau. « On voit bien que dans certaines sectes, il est utilisé pour affaiblir les gens et les rendre plus malléables », confie-t-il.

Écoutez les précisions de Georges Fenech, président de Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
Documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade
(France, 2011, 56mn)
Coproduction : ARTE France, Via Découvertes Production

jeudi, 29 mars 2012 à 22h35
Rediffusion lundi 9 avril à 05H00
(France, 2011, 55mn)
ARTE F

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone