Le coût environnemental de l’or

Vous avez prévu d’acheter des bijoux en or pour Noël ? Un cadeau qui peut avoir des répercussions humaines et environnemental surprenantes. L’or éthique n’est pas à tous les coins de rue. Alors avant de vous décider, voici un état des lieux du commerce de ce précieux métal. 


Du fait de sa rareté, des qualités esthétiques ou des vertus magiques qu’on lui attribue, l’or est certainement le symbole le plus universel de la richesse. Or ce précieux métal a un coût environnemental et humain qui dépasse de loin sa valeur financière.

Banal paradoxe, l’or est au luxe ce que l’exploitation aurifère est à la misère sociale et à la destruction environnementale. La mine d’or est,plus que tout autre endroit, le lieu de la violation des droits humains les plus essentiels (esclavage),du droit du travail (travail des enfants, horaires trop importants, absence de jours de repos, salaires très faibles…) et du droit de l’environnement (pollution des sols et de l’eau au mercure, disparition des écosystèmes…) dans plusieurs des principaux pays producteurs (Chine, Russie, Pérou, Ghana, Afrique du Sud…). Cette manne financière alimente aussi une corruption érigée en système et une pratique mafieuse du capitalisme.

Des mines responsables dans des états de droit
Si des solutions juridiques et administratives existent (contrôle des conditions de travail etde celui de la pollution, reconnaissance des maladies professionnelles et indemnisation des mineurs par l’employeur, obligation légale de remise en état du site après fermeture de la mine, provisions financières versées par l’exploitant, dès le début de l’extraction, afin de couvrir la réhabilitation future…), elles ne peuvent prospérer que dans un État de droit (Canada, Australie, États-Unis, par ailleurs non exempts de critiques sur la gestion environnementale des sites). Cependant, il convient de saluer l’émergence récente d’organisations, labels et standards (Alliance For Responsible Mining,Fairtrade And Fairmined Gold, Responsible Jewellery Council…) devant permettre au consommateurd’acheter des bijoux en or éthique ou, pour le moins, issu de mines responsables.



Découvrez la chronique droit de Nicolas Gardères : « Nucléaire : le référendum, une bombe? »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone