Le concombre espagnol accusé à tort

Les autorités allemandes ont reconnu que les concombres en provenance du Sud de l’Espagne n’étaient pas responsables de la contamination des concombres. Les producteurs espagnols, furieux, envisagent des poursuites et demandent réparation à Bruxelles.

« C’est vrai que trois des quatre concombres contaminés avec des bactéries Eceh trouvés la semaine dernière à Hambourg chez un grossiste provenaient d’Espagne. Mais la bactérie retrouvée n’était pas la même que celle de l’épidémie actuelle. Les trois concombres espagnols contaminés n’étaient donc pas responsables de l’épidémie actuelle. » Cette correction de tir de la ministre de la Santé du land d’Hambourg rapportée par Libération (édition du 1er juin) a fait l’effet d’une bombe. Des analyses confirmées par la Commission européenne, qui a précisé que la source de cette contamination par la bactérie E.coli restait pour l’heure méconnue. Plusieurs hypothèses avaient été évoquées pour expliquer la contamination des fameux concombres : épandage de fumier trop frais, irrigation avec des eaux usées recyclées ou contamination du circuit de distribution.

Selon les médias locaux, les exploitants espagnols auraient déjà perdu 200 millions d’euros. Près de 300.000 emplois seraient menacés alors que plusieurs pays, parmi lesquels le Danemark, la République Tchèque, le Luxembourg, la Hongrie, la Suède, la Belgique et la Russie ont bloqué ces derniers jours l’entrée des concombres espagnols sur leur territoire. Plus de la moitié des seize millions de tonnes de fruits et légumes produites par l’Espagne est destinée à l’exportation, dont 90% au seul marché européen. La situation est donc critique (source : JDD).

« On est accusé sans preuve et sans moyen de se défendre, s’insurge Gil Vidal, agriculteur d’Almeria, dans Libération. J’ai trente ouvriers, on devrait être en pleine campagne et je n’ai plus de travail pour eux. » Les producteurs espagnols souhaitent qu’en cas de retrait de leurs produits du marché, la production concernée ne soit pas détruite mais puisse être donnée à des organisations caritatives.

Les autorités allemandes vont devoir s’expliquer sur l’incrimination hâtive des légumes bio espagnols, alors que la contamination pourrait provenir de leur propre pays. Après les fromages à la Listeria, les œufs contaminés, la vache folle, la grippe aviaire, le mystère reste encore entier pour expliquer la quinzaine de morts et les nombreux cas liés à la bactérie Eceh. En attendant, la consommation de légumes est en chute libre en Allemagne, et les consommateurs européens boudent toujours les fruits et légumes en provenance d’Espagne…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone