« Le compost, c’est en bas de chez nous ! »

Le compost en ville, c’est possible ! Les acteurs du Paris durable organisaient ce mois-ci l’atelier « compostage collectif, ça se passe en bas de chez nous !  » Leur but : tordre le cou aux idées reçues qui courent toujours sur ce traitement des déchets organiques. Ouvert à tous, l’atelier a attiré une trentaine de particuliers, associatifs, professionnels… Pour discuter et surtout proposer des solutions pour favoriser le développement du compost collectif dans la capitale. Écoutez le reportage. (5’32)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/02/Compost-OK-OK.mp3|titles=Le compost ça se passe en bas de chez nous]

Un petit peu de vocabulaire :

Compostage : Processus de conversion des déchets organiques en compost. Ce procédé se déroule entre 10 et 12 mois et nécessite l’apport de matière sèche (brun, broyat), de matière verte (biodéchets de cuisine ou jardins), d’humidification et d’aération régulière.

Compost : Proche du terreau, le compost est un engrais. Mélangé à la terre, il améliore la croissance des végétaux grâce à sa forte teneur en nutriment.

Déchets organiques : Ce sont des déchets d’origine animale ou végétale (ex : coquilles d’œufs, épluchure de pomme de terre, viande, herbes…). Ils peuvent être alimentaires, verts, agricoles, issus des industries agroalimentaires ou de la restauration. Ils composent 30 % des déchets ménagers selon l’ADEME.

Lombricompostage : On l’appelle aussi vermicompostage. Cette technique de compostage nécessite l’utilisation de vers de compost qui se nourrissent des déchets organiques et les transforment en engrais : le vermicompost (solide) et le thé de compost (liquide).

Maître composteur : C’est avant tout un passionné. En plus d’une formation sur le cadre juridique du compostage, le maître composteur est également au fait des différentes méthodes, des avancées et nouveautés en matière de compost. Il accompagne ainsi l’installation des bacs à compost collectifs et participent à des interventions pédagogiques dans les établissements scolaires notamment.

Référent-compost : Au sein d’une aire de compostage collectif, le référent-compost conseille, guide l’ensemble des utilisateurs et entretient les bacs à compost. C’est lui qui est responsable du bon fonctionnement et du dynamisme du procédé dans le voisinage, l’entreprise, l’établissement scolaire

Broyat ou Brun : Également appelés déchets carbonés, ce sont des déchets organiques secs, indispensables au processus de compostage. Présente en faible quantité dans les déchets ménagers (coquilles d’œufs, papier…) la matière sèche provient davantage des déchets verts (feuilles morte, bois, paille…).

Vous êtes intéressé par un atelier compostage ? Rendez-vous sur le site des Acteurs du Paris durable

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone