Le combat de Claudine André pour les bonobos

A l’occasion de la sortie du film « Bonobos » d’Alain Tixier, rencontre avec Claudine André qui se dévoue corps et âme à la survie de ces singes. Installée depuis de nombreuses années au Congo, cette femme et mère d’exception nous livre ses craintes et ses espoirs pour cette espèce menacée.


Son travail pour réconcilier bonobos et populations locales (4’24)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/04/Claudine-Andre-Bonobo-PAD-Partie-1.mp3|titles=Claudine Andre : son travail pour réconcilier bonobos et populations]

Sa vision sur les femmes qui luttent pour la survie des singes, et sa façon de travailler (4’24)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/04/Claudine-Andre-Bonobo-PAD-Partie-2.mp3|titles=Claudine Andre : les femmes qui luttent pour la survie des singes et sa manière de travailler]

Ses craintes pour l’avenir des bonobos, son avis sur les zoos et les cirques, ses attentes (5’40)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/04/Claudine-Andre-Bonobo-PAD-Partie-3.mp3|titles=Claudine Andre : ses craintes et son avis sur les zoos et les cirques]

Ses projets pour faire connaitre l’histoire d’un orphelin grand singe (1’29)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/04/Claudine-Andre-Bonobo-PAD-Partie-4.mp3|titles=Claudine Andre : ses projets]

Plus d’informations sur le site de Claudine André

Version écrite de l’interview (extraits)

Comment vont les bonobos au Congo ?
Les bonobos ne vont pas beaucoup mieux, mais il y a une prise de conscience des autorités congolaises. Nous avons préparé en janvier un début d’un plan pour 50 ans de survie pour ces primates. Il y a une vraie volonté politique de vouloir passer à l’action, de concert avec tous les acteurs de l’environnement.

Quel est ce plan ?
Nous allons faire un état des lieux. Jusque ici, les scientifiques travaillaient de manière disparate, maintenant ils doivent collecter leurs données et réaliser un inventaire. Tous les chiffres qu’on a entendu sur les bonobos – 100 000 en 1980, 10 000 aujourd’hui – sont fantaisistes. Avec 20 ans de guerres difficiles, nous avons vu apparaitre beaucoup d’orphelins victimes du trafic de la viande de brousse. Trafic dont nous obligeons le gouvernement congolais et le ministère de l’environnement à se saisir au nom de la loi.

Que mangent alors les populations ? Par quoi remplacer les bonobos ?
Dans la zone où j’ai remis en liberté les bonobos, il y a essentiellement des pêcheurs. La population vit beaucoup de la pêche. Lorsque j’ai dû trouver l’endroit le mieux adapté à une réintroduction, j’ai pensé qu’il fallait mieux détecter des populations qui avaient d’anciens tabous, qui ne consommaient pas de viande de bonobo. Par des légendes, les bonobos seraient des ancêtres lointains qui ont déjà aidé les hommes. Je suis donc allée dans le paysage forestier  de Maringa-Lopori-Wamba où il y a tous ces tabous. En aidant les gens à s’organiser avec des associations de pêcheurs et d’éleveurs, nous essayons de leur donner la possibilité d’acquérir du matériel. Nous les dévions un peu de la chasse. Par contre, ils peuvent très bien pêcher dans leurs forêts. Le niveau de l’eau monte d’1m50 par an, et lorsqu’elle se retire, il reste beaucoup d’anguilles, poissons abondants et bons marché. Il y a aussi la saison des chenilles, pendant laquelle ils peuvent les récolter. Nous connaissons la vie de ces populations car nous les avons beaucoup questionnées. Nous pouvons y arriver. En tout cas, cela fait trois ans que cela fonctionne !

N’est-ce pas difficile de convaincre les populations ?
Nous sommes obligés de faire de la « conservation intégrée », c’est-à-dire que nous ne faisons plus de conservation pure et dure. Nous sommes tout à fait conscients que sans intégrer les populations riveraines des projets de conservation, nous n’arriverons à rien. A 1000 km de Kinshasa, dans la zone où nous avons relâché les bonobos,  il y a eu une réelle collaboration avec la population locale. Des tribus ont la jouissance coutumière de cette partie de forêt, et sont les derniers gardiens des bonobos. En échange de cela, nous travaillons énormément avec eux, c’est 80% de notre travail là-bas. Nous les aidons à réorganiser les comités de développement de villages, à remettre un pied devant l’autre après cette période de guerre, et tout simplement à croire en l’avenir.

Découvrez la bande-annonce du film Bonobos d’Alain Tixier sur NEOPLANETE

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.