Le classement des milliardaires les plus écolos

Forbes vient de dévoiler son classement des milliardaires verts. De purs philanthropes ? Pas tout à fait. « C’est la promesse de bénéfices et non l’altruisme qui dirige le monde », rappelle Daniel Esty, professeur à l’université américaine de Yale et conseiller d’Obama sur les questions environnementales, dans les colonnes du magazine américain.

Richard Branson in Covent Garden

Parmi ces milliardaires, certains sont très connus. A l’image de Richard Branson, patron de Virgin. Sa dernière trouvaille ? « Le Carbon War Room », un groupe de réflexion chargé de dénicher la meilleure façon de réduire les émissions industrielles. Le britannique a aussi lancé le défi « Virgin Earth ». A la clé : 25 millions de dollars pour la personne qui dénichera le meilleur moyen de vider l’atmosphère des gaz à effet de serre. Le nom du vainqueur sera révélé en mai.

Les fondateurs du moteur de recherche Google, Larry Page et Sergey Brin, sont également présent dans ce classement. En 2009, ils ont inauguré leur « Power Meter », un outil qui, branché au compteur de la maison, permet aux internautes de traquer leurs gaspillages énergétiques. Ils ont aussi lancé leur propre fondation caritative Google.org et investi 100 millions de dollars dans des compagnies « green ».

Moins célèbre, mais tout aussi engagé, l’allemand Aloys Wobben, le patron du géant éolien Enercon qui a construit pas moins de 14 500 turbines dans 30 pays. Et détient 10% du marché de la production d’éoliennes dans le monde. Prochaine étape : l’eau. Enercon se lance en effet dans les barrages hydro-électriques et dans les projets de désalinisation.

Dans le reste du classement, on trouve l’israélienne Shari Arison qui veut rendre son entreprise Shikun & Binui 100% durable, T. Boone Pickens, le magnat du pétrole reconverti, John Doerr, l’investisseur vert, Jeffrey Skoll, le gourou des entrepreneurs sociaux, Sam Wyly, le lobbyiste écolo et Albert von Thurn und Taxis, le prince allemand qui installe du solaire dans ses forêts et l’américain Vinod Khosla à la tête du fonds d’investissement Khosla Venture.

Plus d’infos : www.forbes.com

Dans le même esprit, Canal+ avait réalisé un documentaire sur les éco-barons. Une poignée d’hommes et de femmes riches qui investissent des sommes colossales pour le mieux-être de la Terre.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone