Le changement climatique visible partout

crédit phovoirLe changement climatique a des conséquences concrètes et visibles « sur tous les continents et dans les océans », spécialement sur les ressources en eau : c’est l’essentiel du 5ème rapport du GIEC (*) publié ce 31 mars à Yokohama (Japon) et intitulé «Impacts, adaptation et vulnérabilité au changement climatique».

Cette fois il n’est pas question de 2050 ou de 2100, mais des impacts observables d’ores et déjà du dérèglement du climat, comme :

–  Les systèmes hydrauliques modifiés, ressources en eau affectées « en quantité et en qualité » car changement des régimes de précipitations + fonte des neiges et des glaciers

–  Les zones côtières plus affectées en raison de la hausse du niveau de la mer (érosion et inondations)

–  Les écosystèmes marins menacés en raison de l’acidification des océans

–  Un impact sur la production alimentaire plus négatif que positif sur (céréales, poissons, etc.)

–  La sécurité alimentaire « potentiellement affectée »

–  Une baisse globale des ressources des océans

–  Un bouleversement chez de nombreuses espèces marines et terrestres

– L’augmentation des déplacements de populations (réfugiés climatiques)

–  Un risque accru de conflits liés à la raréfaction de ressources comme l’eau

–  Une croissance économique affectée et une vie plus difficile, notamment dans les villes

–  Une aggravation de la pauvreté et des problèmes de santé.

Mais le GIEC termine son rapport sur une note un peu plus optimiste en nous invitant à saisir les opportunités et à nous adapter pour réduire les risques puisque nous savons ce qui nous attend. Il préconise, entre autres, l’installation de systèmes d’alerte et d’abris dans les zones menacées, la création de zones protégées, de nouvelles pratiques agricoles et une économie plus diversifiée.

Ce rapport du groupe 2 du GIEC a été rédigé après étude de 12.000 publications scientifiques par des centaines d’experts de 70 pays, alors que s’ouvre mardi à Paris le Forum international météo-climat qui va justement examiner les stratégies d’adaptation au changement climatique.

(*) GIEC – Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, sous l’égide de l’ONU

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.