Le busard cendré, un rapace encore victime d’actes barbares

LPOD’après un communiqué LPO du 27 juillet 2009

Tandis que des centaines de bénévoles et d’agriculteurs se mobilisent chaque année, partout en France pour permettre à de jeunes busards cendrés de prendre leur envol, en Franche-Comté quelques individus détruisent intentionnellement des nichées. La LPO et le centre Athénas dénoncent ces actes lâches et scandaleux qui mettent en péril la reproduction de cette espèce menacée.

Face à la dégradation de leurs habitats d’origine (friches, landes, marais), les busards cendrés ont progressivement colonisé les cultures où ils nichent à même le sol, mettant les petits à la merci des engins agricoles lors des moissons. L’action conjointe des naturalistes et des agriculteurs est donc indispensable pour sauvegarder l’espèce.
Les protecteurs bénévoles localisent les nids dans les champs, informent leurs propriétaires et mettent en œuvre, avec l’accord de ces derniers, des actions de protection appropriées. Un travail colossal (pour 2008, ces démarches ont mobilisé 526 surveillants et ont représenté pas moins de 6657 journées de travail) impossible sans une étroite et systématique collaboration entre naturalistes et agriculteurs.

Evening
Creative Commons License photo credit: Arria Belli

Toutefois, alors que cette coopération entre agriculteurs, bénévoles et la LPO se passe très bien dans de nombreuses régions de France, des actes barbares perpétrés par une minorité d’individus malintentionnés, notamment en Franche-Comté, ruinent un travail indispensable de suivi et de sauvegarde des busards cendrés, espèce rare et menacée en France (environ 5 000 couples nicheurs en France, soit 50 % de la population mondiale, en diminution chaque année).
En effet, dans le Doubs, le 15 juillet dernier, au mépris du travail des naturalistes, des scientifiques et de la propriété privée agricole, des individus ont sauvagement piétiné les récoltes et écrasé à coups de pied quatre poussins âgés d’à peine 20 jours et possédant un marquage alaire dans le cadre d’un plan d’étude national mené par le CNRS.

Depuis le début de l’année ce n’est pas moins de 8 petits qui ont été volontairement détruits soit environ 25% de l’effectif de cette région où l’espèce est déjà en forte régression. Ces destructions volontaires, heureusement rares et localisées, sont unanimement condamnées par les agriculteurs, les naturalistes et les habitants des communes. La LPO et le centre de soins Athénas, dénoncent ces actes lâches et scandaleux et portent plainte auprès du Procureur du TGI de Dôle pour qu’une enquête soit initiée visant à retrouver les auteurs

Plus d’informations: http://busards.lpo.fr/index.html
Si vous souhaitez participer à la protection des busards, rejoignez la LPO Mission Rapaces : 01 53 58 58 38

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone