Le boom du commerce équitable made in France

Si historiquement le commerce équitable s’est construit autour de l’achat par des consommateurs du Nord de produits provenant de pays du Sud, se développe de plus en plus une nouvelle forme de commerce équitable dite « Nord Nord ».

Après le riz complet de Thaïlande, le thé du Sri Lanka, le sucre de canne des Philippines, le chocolat d’Amazonie péruvienne… Voici les lentilles biologiques et équitables du Poitou-Charentes ! Vendues par Alter Eco, ces lentilles sont produites, entre autres, par Luc Suret, non loin de Niort. C’est d’ailleurs sa photo qui trône sur les paquets. « J’ai repris l’exploitation agricole de mon père il y a six ans en l’agrandissant et en la convertissant au bio, raconte-t-il. Je ne me voyais pas du tout devenir agriculteur mais je ne voulais pas non plus voir disparaître la ferme familiale. » Luc Suret fait partie de la Corab, la Coopérative Régionale d’Agriculture Biologique qui regroupe 120 producteurs en Charente-Maritime. Fondée en 1998, elle fédère les agriculteurs et leur permet de prendre en main la commercialisation de leur production. La coopérative apporte en effet une visibilité sur le long-terme aux producteurs en s’engageant à acheter la totalité des volumes récoltés. Une manière de promouvoir une vision alternative de l’agriculture française, respectueuse de la dignité humaine et de l’environnement, loin du « tout intensif ».

« En travaillant avec la Corab, nous avons voulu appliquer les règles du commerce équitable en France, explique Laurent Muratet, directeur marketing et communication d’Alter Eco. Cela signifie un prix juste qui ne fluctue pas selon les cours du marché, une transparence quant à l’origine du produit et à son prix, un préfinancement des récoltes et une prime versée à la coopérative à des fins d’investissement pour les outils de production, pour aider les nouveaux adhérents ou pour financer des projets sociaux. Nous défendons aussi la polyculture, plus pérenne que la monoculture intensive. » En rayons, cela se traduit chez Alter Eco par une gamme de cinq produits français : trois légumineuses (poids cassés, lentilles et haricots blancs) et deux mueslis composés de flocons de céréales complètes (pomme-abricot et croustillant chocolat). Dans le même esprit, Ethiquable a lancé en avril dernier une nouvelle gamme made in France baptisée « Paysans d’ici ». Au menu : 16 produits développés avec neuf groupements de producteurs, de la crème de châtaigne de l’Aveyron au piment d’Espelette en passant par le jus de tomate de Marmande.

De son côté, Biocoop développe depuis dix ans déjà une gamme baptisée « Ensemble pour plus de sens ». « Nous avons voulu aller plus loin que le cahier des charges bio, souligne Serge Le Heurte, responsable des filières végétales de ce réseau coopératif. Nous nous engageons sur des quantités et des prix sur trois ans avec les coopératives. La transparence quant à la formation des prix et la dimension humaine sont essentielles. » Mais peut-on vraiment parler de commerce équitable, au risque de semer la confusion dans l’esprit des consommateurs ? « Aujourd’hui, s’il existe un cadre défini pour le commerce équitable Nord/Sud, il n’existe aucun texte pour définir les pratiques du commerce équitable dit Nord/Nord, souligne Christophe Roturier, directeur de Max Havelaar France. Cependant, même si les conditions de vie ne sont pas les mêmes, il y a vraiment des similitudes dans les difficultés rencontrées par les producteurs français et ceux du Sud, notamment quant à la fixation des prix. Le terme à employer fait débat, mais je vois cette idée d’un très bon œil pour sortir les agriculteurs français de leur isolement. » Bonne nouvelle : les membres de la Plateforme du Commerce Equitable (PFCE), dont font partie, entre autres, Biocoop et Alter Eco, sont en pleine concertation pour qu’un cadre officiel définisse des règles et des impératifs pour cette agriculture biologique et équitable made in France. Affaire à suivre…

Écoutez le témoignage d’Edouard Rousseau, producteur président de la Corab.

Il nous explique l’intérêt de la coopérative…

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/05/Edouard-Rousseau-Corab-Son-exploitation-et-l-interet-de-la-cooperative.mp3|titles=Edouard Rousseau Corab – Son exploitation et l interet de la cooperative]

Et ce que cela apporte comme garanties aux consommateurs.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/05/Edouard-Rousseau-Corab-Le-plus-pour-le-consommateur.mp3|titles=Edouard Rousseau Corab – Le plus pour le consommateur]

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone