Le 8ème prix Terre de Femme

Le 3 mars 2009, au Palais de l’Institut de France, Gabriel de Broglie, chancelier de l’Institut de France, et Jacques Rocher, Président de la Fondation Yves Rocher – Institut de France et directeur développement durable et prospective du groupe Yves Rocher, remettront le 8ème prix Terre de Femme (voir notre article le 8eme prix terre de femme).

Néoplanète est partenaire de cette opération, et en attendant la remise des prix vous propose chaque semaine le portrait d’une des candidates présélectionnées.

C’est le tour de :

Muriel Fifils, enseignante, 39 ans

« En France, je suis en charge de la communication au sein de l’association Tchendukua (rédaction des communiqués de presse, des articles…) et j’organise des conférences et des interviews dans les collèges et lycées (présentation des projets en Colombie). »

L’association Tchendukua, créée en 1997, lutte pour la préservation des territoires des sociétés racine, la valorisation et la remise en place de leurs cultures et de leurs connaissances traditionnelles. De la rencontre entre leurs traditions et le monde moderne, il s’agit de faire naître un futur viable pour tous.
D’ores et déjà 300 hectares de terres ont été restitués aux indiens Kogis. Cette restitution a eu de nombreux effets bénéfiques : régénérescence d’un cours d’eau, croissance démographique des indiens…
Sur le terrain, en 2005, 2006 et 2008, Muriel Fifils a pu concrètement participer aux différentes démarches pour réaliser l’achat des terres et faire l’état des lieux des projets de reforestation sur place. Mais sa tâche est loin d’être terminée : il faut continuer à acheter des terres, et les nouvelles familles ont besoin d’aide pour s’installer…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone