L’avenir de l’énergie solaire se dessine au Maroc

 

wikipediaEt chez nous ?

En France, où le nucléaire dominera encore la production d’électricité sans doute longtemps, ce genre d’installation thermo-solaire n’est pas envisageable faute d’espace suffisant et surtout d’un rayonnement solaire maximal comme c’est le cas dans le sud marocain.

  • Mais le solaire photovoltaïque a toute sa place et parfois l’espace ne manque pas. Ainsi une centrale géante fonctionne depuis 2012 sur 400 ha d’une ancienne base aérienne près de Nancy et produit 115 MW. De nombreux « champs solaires » de plusieurs dizaines d’hectares sont implantés dans le sud du pays.
  • Le développement à venir sera aussi celui de proximité pour du photovoltaïque mixte (électricité et chaleur), sur les terrasses des immeubles ou intégrés à des constructions neuves.
  • La possibilité de consommer sa propre production, combinée à des progrès techniques rapides, contribuera aussi à développer le solaire, comme c’est le cas en Allemagne.
  • Alors que de grands projets éoliens en mer sont programmés, l’éolien terrestre reste à la traîne faute d’une politique d’encouragement cohérente et stable. Pourtant, avec le deuxième gisement éolien d’Europe, les possibilités sont immenses en France mais les blocages réglementaires et sociétaux sont souvent décourageants pour les investisseurs.
  • L’exploitation de la biomasse offre de belles perspectives comme les nouvelles énergies marines (énergie hydrolienne marine, éolien flottant, énergie thermique des mers …).
  • Le panel des énergies renouvelables déjà au point est donc largement suffisant pour atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique (40% de renouvelables en 2030 pour la production d’électricité).
  • Si les atouts ne manquent pas, la France a un très gros retard à rattraper : en 1995, les énergies renouvelables représentaient 13% du mix électrique dont 10% pour l’hydraulique.
  • En 2014, on est autour de 15% de renouvelables (dont 2% pour l’éolien et 1% pour le solaire), en dessous de la moyenne européenne.
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.