L’avenir de l’énergie solaire se dessine au Maroc

Yves LeersC’est dans le sud marocain que se prépare notre avenir énergétique et cet avenir est solaire : sur près de 500 hectares, des milliers de miroirs paraboliques en acier s’alignent à perte de vue pour aller chercher les rayonnements solaires et les transformer en chaleur puis en électricité.

A 200 km au sud-est de Marrakech, près d’Ouarzazate, la plus grande centrale thermo-solaire marocaine (NOOR I) – est en cours d’achèvement, aux portes du désert.Elle produira 160 mégawatts d’électricité à l’automne 2015 et coûtera 600 millions d’euros.

  • Tout est gigantesque sur le chantier de cette première centrale (*) d’un site qui en comportera trois, pour une puissance totale de 500 MW sur plus de 2000 hectares.
  • Jamais une installation d’une telle puissance n’aura été construite, le record actuel revenant à la centrale d’Ivanpah, aux Etats-Unis (377 MW)
  • La technologie utilisée est dite « solaire thermique à concentration » car les capteurs ne produisent pas directement de l’électricité (comme c’est le cas pour le photovoltaïque) mais de la chaleur.
  • Une huile de synthèse – portée à près de 400 degrés par le rayonnement- chauffe les conduites d’eau qui produisent de la vapeur pour faire tourner des turbines classiques qui, à leur tour, produisent de l’électricité.
  • Pour ne rien perdre du rayonnement, les paraboles sont équipées de « traceurs » qui permettent de suivre la course du soleil.
  • L’ensemble est complété par une immense tour de stockage de la chaleur utilisant un mélange très technique de sels fondus, ce qui permet de produire de l’électricité la nuit.

Yves LeersDépourvu d’hydrocarbures, le Maroc parie en grand sur les énergies renouvelables et veut couvrir plus de 40% de ses besoins d’électricité (en très forte croissance) grâce aux énergies renouvelables dès 2020. Outre le solaire, il mise aussi sur l’éolien. Le plus grand parc éolien du continent africain (300 MW) vient ainsi d’être mis en service à Tarfaya (sud-ouest) du pays. D’autres suivent.

 

(1) Conçue par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), la centrale NOOR I (la lumière) est construite par un consortium majoritairement saoudien (Acwa Power) avec de grandes entreprises espagnoles.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.