L’avenir de la pêche mis à mal par un scientifique véreux ?

Bonne nouvelle pour l’océan qui voit 88% de ses stocks de poissons surexploités : ces derniers et les crustacés durables sont en hausse. L’Asie est cependant à la traîne dans ce domaine alors qu’elle est le plus grand producteur au monde de produits de la mer, selon rapport publié par l’Institut international du développement durable (IISD). Dommage que la pêche durable soit mis à mal par un Ray Hilborn, un scientifique américain pour « pourfendre les supposés « mythes » de la surpêche » comme le souligne l’association Bloom.

Ray Hilborn
Ray Hilborn

Bonne nouvelle : l’augmentation de la pêche durable

23 millions de tonnes de produits de la mer certifiés issus de pratiques durables ont été vendues dans le monde en 2015 pour 10 milliards d’euros, soit 14% de la production globale, selon cette étude.

Pixabay
Pixabay

En étudiant la performance des neuf certifications les plus répandues, dont les labels MSC (Marine Stewardship Council) et Friend of the Sea, elle note une augmentation de 35% par an des produits de la mer certifiés au cours de la dernière décennie. Une belle progression surtout que 10% à 12% de la population mondiale dépend directement ou indirectement de l’industrie halieutique.

80% des produits certifiés sont pêchés en mer. Qui les demande ? Principalement le Japon, l’Amérique du Nord et l’Europe. L’Asie, qui compte pour pourtant 69% de la production globale des produits de la mer, ne fournit que 11% des produits certifiés.

D’après le rapport, les bénéfices financiers de la certification ont été jusqu’à aujourd’hui distribués de façon très inégale. Il faut donc que les gouvernements se bougent et que des « investissements importants » se fassent pour étendre la certification à l’Asie et à l’Afrique.

Mauvaise nouvelle : des scientifiques véreux toujours liés aux industriels de la pêche

Pour contrer la surpêche, il faudrait aussi que les chercheurs ne soient pas au service des acteurs de la pêche industrielle comme ça peut être le cas avec Ray Hilborn, professeur en science des pêches à l’université de Washington à Seattle (États-Unis). Selon la branche américaine de Greenpeace, qui a déposé une plainte officielle le 12 mai auprès d’elle, il aurait touché 3,56 millions de dollars de 69 organisations liées au secteur de la pêche (entreprises, fondations, associations professionnelles).

« L’ONG a obtenu l’intégralité des données de financement reçues par Ray Hilborn pour sa recherche universitaire. L’analyse des données montre que celui qui fait écho aux propos des industriels de la pêche est rémunéré par eux. Et sans doute à une échelle bien plus importante encore, étant donné que les montants perçus par M. Hilborn à titre de consultant privé ne sont pas révélés dans le cadre de la loi de transparence américaine. Le Monde a eu accès aux données de financement de Ray Hilborn et montré que ce dernier avait quasi systématiquement omis de déclarer ses conflits d’intérêts, notamment alors qu’il témoignait sous serment devant le Congrès américain », souligne Bloom dans un communiqué.

N’oublions pas que le meilleur moyen de contrer la surpêche et l’impact du chalutage est de limiter sa consommation de poissons et de privilégier la pêche durable !

Lire notre article « Peut-on encore manger du poisson ? »

Écoutez et regardez notre interview de Claire Nouvian, la guerrière anti-surpêche

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.