Lauréats de la remise des « Prix Pinocchio du Développement Durable »

Comme nous vous l’expliquions dans notre article le-16-decembre-ceremonie-de-remise-des–prix-pinocchio-du-developpement-durable, les prix Pinocchio du Développement Durable (organisés par Les Amis de la Terre) c’est un peu comme le prix citron, un prix qui ne fait pas toujours plaisir.
Les lauréats 2008 de ces prix Pinocchio remis le 16 décembre, sont classés en trois catégories, « Droits humains », « Environnement » et « Greenwashing », et c’est le vote des internautes qui a déterminé le classement.

Résultats ci-dessous


Greenpeace nous communique ses commentaires sur les lauréats ayant obtenue la 1ère place dans chaque catégorie.

« Droits humains », le prix Pinocchio a été remis au groupe Louis Dreyfus, deuxième plus gros producteur d’agroéthanol et de sucre au Brésil. Après avoir exploité des populations indigènes Guarani dans des conditions proches de l’esclavage, sa décision récente d’automatiser la récolte de la canne à sucre conduira à plus de 10 000 licenciements. Cet exemple rappelle à quel point le développement des agrocarburants, inutiles en terme de lutte contre le réchauffement climatique, représente en outre une véritable menace sociale et économique pour les pays du Sud.

« Environnement », le géant du nucléaire AREVA a été récompensé d’un prix Pinocchio pour les pollutions radioactives graves survenues début juillet sur le site français du Tricastin (Drôme), suite à ce que les autorités ont décrit comme une « série de dysfonctionnements et de négligences humaines ». Ces événements rappellent à quel point le nucléaire est une énergie dangereuse, malgré ce qu’Areva, soutenu par de nombreux responsables politiques, veut faire croire aux citoyens.

« Greenwashing », c’est également AREVA qui a obtenu le prix Pinocchio 2008 pour son slogan « Nos énergies ont de l’avenir, un avenir sans CO2 ». Malgré les tentatives du groupe pour présenter le nucléaire comme une solution propre et positive en matière de réchauffement climatique, son bilan en la matière reste très loin derrière les énergies renouvelables, que ce soit en termes d’efficacité ou de coût financier, et l’omission permanente dans ses publicités des risques spécifiques au nucléaire (déchets, fuites, démantèlement, etc.) scandalise plus d’un citoyen.

Pour découvrir les commentaires des Amis de la Terre sur les lauréats arrivés en 2ème ,3ème  et 4ème place, le site prix-pinocchio.org.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone