L’association Asmae fête ses 30 ans !

Aujourd’hui, le 20 novembre, c’est la Journée internationale des droits de l’enfant. L’occasion de célébrer les 30 ans de l’association Sœur Emmanuelle, une ONG de solidarité internationale spécialisée dans le développement de l’enfant.


Indépendante, laïque et apolitique, Asmae est ouverte à tous. Ses actions visent à soutenir les enfants les plus démunis et à favoriser leur autonomie, par l’éducation, la santé et l’accompagnement psychosocial. Asmae est présente en France, au Burkina Faso, en Egypte, en Inde, au Liban, à Madagascar, au Mali, aux Philippines, mais aussi au Soudan. Et travaille toujours main dans la main avec les populations locales. A l’occasion de ses 30 ans, voici des portraits d’hommes de femmes engagées, mais aussi de bénéficiaires de l’association.

Renuka – Enfant bénéficiaire

Renuka vit en Inde, à Pune, où elle bénéficie d’une instruction, avec ses frères et sœurs, grâce à Asmae et à son partenaire local Tara Mobile Creches. Elle nous fait partager son histoire, sa vision de l’éducation et ses projets. Témoignage.

Des chantiers aux parrainages, la naissance d’une vocation

Cette jeune femme de 25 ans est responsable de parrainage au sein d’Asmae depuis 2006. Elle a découvert l’association en 2003 lors de son premier chantier de solidarité. Sensibilisée au milieu humanitaire, Bertille est partie deux fois avec l’association, en Inde et aux Philippines. C’est après ces expériences qu’on lui a proposé de devenir bénévole en tant que responsable des parrainages de Kanlungan, l’association philippine avec qui elle est partie en chantier. Depuis ce moment, cette étudiante en psychologie consacre ½ journée tous les quinze jours à sa nouvelle tâche.

Josiane – Assistante sociale IRAP, partenaire libanais d’Asmae

Josiane est assistante sociale au sein d’un des 6 partenaires d’Asmae au Liban : l’IRAP – Institut de rééducation audio-phonétique. Fondé par des jeunes en 1960, l’IRAP accueille alors des enfants sourds et malentendants de 3 à 18 ans. En 1986, ils s’implantent dans le quartier d’Aïn Biacout où ils accueillent les enfants défavorisés de ce quartier mixte composé de chrétiens et de musulmans. Ils y ont trois centres : la maison Notre-Dame (jardin d’enfants, soutien scolaire, club de jeunes…), Ayadina (centre de travail, atelier pour les femmes) et un centre médico-social. Le style de vie à l’IRAP est celui d’une famille, d’un foyer chaleureux qui lutte quotidiennement pour maintenir son ouverture d’esprit et la simplicité de ses rapports humains. Josiane est l’exemple vivant de cette joie de vivre, de cette simplicité, de cette énergie et cette amour des enfants de ce quartier, et de leurs familles.

Plus de portraits ? Envie de soutenir Asmae ? Cliquez sur www.asmae.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone