L’argent ne fait pas le viandard

Nombreux sont les riches, les très riches même, à préférer une assiette de crudités à des tartines de foie gras. Panorama de ces végétariens puissants pour qui l’avenir de la nourriture se trouve dans les champs, ou dans les laboratoires.

Bill_Clinton_talking_at_TED_2007 wikimédia commons

Malgré son amour pour la viande rouge, le PDG de Virgin a décidé de devenir végétarien en 2014, après avoir étudié l’impact de la production de viande sur l’environnement. Sur son blog, il dresse un constat alarmant sur la situation de l’élevage intensif, provoquant déforestation et réchauffement climatique.

Selon lui, ces problèmes peuvent être réglés en mangeant des insectes, ou en arrêtant simplement de manger de la chair animale. C’est l’option qu’il a choisie. Depuis, Richard Branson avoue se sentir en meilleure santé, plus actif, et ses repas sont plus variés.

  • Bill Gates, l’adepte de la viande végétarienne

Bill Gates est également inquiet pour l’avenir des animaux (mais un peu moins pour les OGM…). On devrait voir la consommation de viande doubler d’ici 2050 à cause du développement de plusieurs pays, et ces prévisions poussent l’homme le plus riche du monde à réfléchir à des alternatives. Pour lui, l’avenir se trouve dans la production de viande végétarienne, réalisée à base de protéines de blé et de soja aux arômes de poulet ou de jambon.

Dernièrement, le fondateur de Microsoft a même financé la production d’œufs de synthèse pour satisfaire les végétaliens. Le futur de la viande se trouve certainement dans les laboratoires. Et vous, êtes-vous pour ou contre ?

  • Steve Jobs, le fruitarien

Le rival de Bill Gates a mené toutes sortes de régimes durant sa vie, tous aussi farfelus. Dès les années 1970, il arrête la viande et alterne entre consommation de légumes et de fruits, et jeûne très souvent.

A la fin de sa vie, le fondateur d’Apple décide de se nourrir exclusivement de smoothies, pensant que ceux-ci pourraient le guérir. Malheureusement, la consommation exclusive de jus de fruits n’a pas suffit à le maintenir en vie, mais on comprend maintenant mieux d’où vient le nom de sa célèbre marque.

L’ancien président américain doit sa conversion à des problèmes cardiaques. La transition n’a pas été une mince affaire pour lui, qui ne pouvait imaginer sa vie sans fromage. Désormais, il a troqué le pain-fromage contre des salades et des haricots, qui sont la base de ses repas. Il avoue craquer, parfois, et manger du saumon, mais uniquement pour les valeurs nutritives que celui-ci lui apporte. On le pardonne.

  • Mark Zuckerberg, le quasi-végétarien

Le jeune PDG de Facebook se lance un défi par an. En 2011, c’était d’être reconnaissant envers ce qu’il mange. Son objectif était donc de ne pas oublier que l’animal qui se trouve dans son assiette a un jour été vivant, et ainsi de limiter sa consommation de viande.

Pour être sur de savoir d’où provient l’animal, il a décidé de chasser lui même ce qui va finir dans son estomac. Alors parfois, quand il a envie de viande, il tue lui même un cochon ou une chèvre, et le fait savoir sur sa page Facebook. Le reste du temps, il se contente de végétaux.

« Entre eux et nous, les gens normaux, il y a évidemment une classe très nombreuse de personnes qui, au contraire, profitent de leur fortune pour faire n’importe quoi sur le plan alimentaire, comme en témoignent par exemple les taux dramatiques de diabète dans les pays du Golfe et chez les riches citadins en Chine, en Inde, au Brésil, au Mexique…, souligne Jean-Marc Dupuis sur le site Santé Nature InnovationToutefois, c’est bien dans les quartiers les plus riches de New York, de la Silicon Valley, de Hollywood et dans les milieux financiers de Londres, de Genève et de Zurich, que vous trouvez le plus de végétariens, d’écologistes et d’adeptes du yoga, en proportion de la population« .

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Apprentie journaliste à l'Université de Liège en Belgique, amoureuse des chats, experte en rien mais passionnée par tout. Soucieuse de l'environnement, elle a posé ses valises chez Néoplanète.