Il n’y aura pas de lapin de Pâques cette année

Alors que des milliers de lapins en chocolat vont être dévorés pour le week-end de Pâques, l’association de protection des animaux L214 dénonce les conditions de vie de ces petites bêtes élevées de façon intensive en France.

Une centaine de lapins morts étaient réunis mercredi matin sur la place du Trocadéro à Paris. A l’origine de cette manifestation particulière : l’association de protection des animaux L214 qui espère sensibiliser l’opinion publique aux conditions de vie de ces animaux élevés intensivement en France. Malades, mutilés ou agonisant, les rongeurs partagent à huit ou neuf une cage de batterie de la taille d’une feuille A4. Selon la filière des éleveurs de lapins, 20% de l’élevage meurt avant d’avoir atteint l’âge de deux mois et demi. Un taux de mortalité sept fois supérieur à l’élevage de poule.

L’organisation dénonce également l’utilisation « massive et préventive » d’antibiotiques. Une pratique qui entraine un phénomène d’antibiorésistance chez l’être humain. Selon les indicateurs mis au point par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), les lapins sont de loin les animaux d’élevage les plus exposés aux antibiotiques. En 2011, 71.09 tonnes d’antibiotiques ont été vendus à destination des élevages cunicoles. « A titre de comparaison, pour une production de viande équivalente, il faut au moins 6 fois plus d’antibiotiques pour l’élevage de lapins que pour l’élevage porcin. », détaille Brigitte Gothière, membre de l’association.  Après une vidéo choc tournée dans des élevages français, l’association a dores et déjà prévu d’envoyer un rapport à la Commission Européenne.

 

Voici la vidéo réalisée par l’association L214. Attention, les images qui suivent peuvent choquer.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=e4ujx_155ps[/youtube]
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Diplômé de l'École Française de Journalisme (EFJ) et après plusieurs expériences dans des chaînes de télévision, Romain s'envole pour l'Australie. Piqué par l'écologie au milieu des kangourous et des koalas, ce passionné de nouvelles technologies et des réseaux sociaux pose ses valises chez Néoplanète pour allier son métier à sa passion. Mordu de théâtre, Romain pige également pour le site www.ruedutheatre.eu