L’animal, poule de luxe ?

Envie d’offrir un cadeau de Noël à Médor ? Marie-Christine Favé, diplômée des Ecoles nationales vétérinaires, a fait le tour des bonnes et mauvaises idées. Extrait de Néoplanète 25.

Un canapé pour chien à 300 euros, un collier sur mesure réalisé par un ancien artisan de Hermès, un sac de transport à 900 euros… L’Hexagone reste encore « timide » sur ce marché du luxe, selon les professionnels qui vendent ces produits made in France surtout au Japon et aux États-Unis.

Côté beauté, l’offre est de plus en plus riche : shampooings, démêlants, cosmétiques… Un salon de toilettage parisien propose même un espace spa, avec « enveloppement de boue thermale ». Nom de cette tendance très hype ? VIP, pour Very Important Pet, phénomène importé des USA et du pays du Soleil-Levant, qui consiste à transformer son compagnon à quatre pattes en accessoire de mode.

Qu’en disent les animaux ?
On a déjà multiplié ce genre d’expériences dans les campagnes quand, sous prétexte d’améliorer le confort des animaux de ferme, on a construit d’immenses étables cathédrales, signes de richesse du paysan. Rapidement, des troubles du comportement et des pathologies sont apparus chez ces bêtes. Car c’était oublier que les vaches, moutons, chèvres ou chevaux ne se sentent en sécurité que dans des espaces pas trop larges, aux plafonds bas, en compagnie de leurs congénères.

De la même façon, le toilettage intempestif déclenche souvent chez les animaux de compagnie des problèmes de peau et des maladies immunitaires. Leur épiderme est une enveloppe vivante qui protège des intrus, des variations de température et de l’humidité. Sans leurs poils et leurs crins, véritables antennes, les animaux sont mutilés et deviennent malhabiles dans leur environnement, jusqu’à en perdre leur équilibre et leurs facultés sensorielles. Les huiles essentielles sont des remèdes qui les perturbent en agissant, sans que l’homme le perçoive, sur leur corps vibratoire.

Quant à la balnéothérapie, si certaines espèces sont équipées pour nager dans l’eau, d’autres ressentent le bain et les soins comme des agressions physiques. Dans une vision anthropomorphique et anthropocentrique, l’être humain croit que son plaisir est aussi celui de son animal. Mais c’est en respectant son intégrité et ses particularités que ce dernier peut exprimer son potentiel et donner le meilleur dans ses relations avec l’homme.





Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone