Sir Roger Moore :

L’ancien 007 en mission pour sauver les orques

Son nom est Moore. Sir Roger Moore. Troisième incarnation de James Bond de l’Histoire, cela fait plusieurs années qu’il repousse l’âge de la retraite en se lançant dans un nouveau combat : la protection des animaux.  Il s’était déjà engagé aux côtés de PETA, prêtant sa voie à un documentaire dénonçant le gavage des oies dans des fermes françaises productrices de foie gras. Sa participation au documentaire lui avait valu le prix de « Personnalité de l’année 2009 » décerné par l’association. Aujourd’hui, il dénonce les parcs aquatiques où des animaux hautement sensibles et intelligents comme les orques sont tenus en captivité.

Crédits PETA
Crédits PETA

C’est le Loro Parque, un parc zoologique situé sur l’île de Tenerife, en Espagne, que l’acteur de 88 ans épingle dans une lettre ouverte. Dans une vidéo publiée il y a deux semaines par Ric O’Barry’s Dolphin Project, une association à but non lucratif pour les droits des animaux, l’une des orques du parc nommée Morgan, dont la destinée tragique avait déjà ému, se traîne elle-même hors de l’eau et reste étendue immobile pendant une dizaine de minutes à côté de la piscine où elle participe normalement à un show pour les visiteurs. Pour les activistes, ce comportement s’ajoute à de nombreux signaux de détresse précédemment lancés par l’orque. Au lieu d’être relâchée dans son état naturel après avoir échoué sur les côtes néerlandaises, amaigrie, en 2010, elle est envoyée à Tenerife pour participer aux spectacles de Loro Parque. PETA (People for the Ethical Treatment of Animals ou Pour une Ethique dans le Traitement des Animaux en français), la plus grande association du combat pour les droits des animaux, a lancé une pétition adressée à l’Etat espagnol afin de libérer l’orque.

Crédits Free Morgan Foundation
Crédits Free Morgan Foundation

Pour diffuser cette demande et apporter du poids à cette mobilisation, Sir Roger Moore n’a pas hésité une seconde à se jeter à l’eau. La lettre ouverte qu’il transmet à PETA est pleine d’indignation et s’oppose au traitement inhumain des animaux en captivité, et notamment la présentation de spectacles incluant des épaulards et des dauphins.

« Pendant encore combien de temps ces individus incroyablement intelligents et conscients d’eux-mêmes comme Morgan devront-il souffrir avant que l’on comprenne que les autres espèces ne sont pas sur Terre pour nous divertir ? Il est évident pour toute personne dotée d’un cerveau et d’une once de compassion que les parcs marins ne sont rien de plus que des prisons en béton causant aux animaux marins captifs une souffrance incommensurable. Les orques de ces établissements sont forcées à travailler jour après jour, répétant les mêmes tâches indéfiniment, sans en avoir le choix et sans pouvoir s’enfuir – comme leur vie doit être misérable. Le seul moyen de mettre fin à la maltraitance des orques et des autres animaux captifs est de dénoncer et garder ses distances avec les établissements qui les tiennent en captivité – et je demande à tout le monde de se joindre à moi et d’en faire de même. »

Crédits Free Morgan Foundation
Crédits Free Morgan Foundation

Comme l’énonce la devise de PETA, le message de Sir Roger Moore est clair : « les animaux ne nous appartiennent pas et nous n’avons pas à les utiliser pour notre divertissement ». La situation des orques de Loro Parque, prêtées au parc par SeaWorld pour une durée non déterminée, ne semble pas arrêter de se dégrader. Une bonne raison, comme l’explique l’ancien 007, d’éviter de fréquenter les parcs marins cet été.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Lefevre

Etudiante en sciences politiques et désirant faire du journalisme son métier. Jusqu'ici assez peu informée en terme d'écologie, c'est au contact de quelques amis vegan et végétariens que j'ai commencé à m'intéresser aux problématiques environnementales. J'étudierai l'année prochaine au sein d'une université montréalaise, où j'espère bien pouvoir en apprendre davantage sur l'écologie sauce québécoise !