L’agroforesterie, c’est quoi?

©agroforesterieC’est une vraie Révolution Verte qui est en train de se mettre en place en Asie du sud est et  partout dans le monde! Le principe de l’agroforesterie? Exploiter des terres agricoles en plantant des arbres dans des cultures ou des pâturages, plutôt que d’utiliser engrais et pesticides. Eclairage. 

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/04/Agroforesterie-la-revolution-par-les-arbres-124162357.mp3|titles=Agroforesterie-la-revolution-par-les-arbres]

L’idée vient de Tristan Lecomte, fondateur de l’entreprise verte à succès Alter Eco, agriculteur en Thaïlande et devenu consultant pour les multinationales de l’agroalimentaire comme Unilever ou Pepsi. Selon lui, « l’agriculture chimique et intensive va disparaître au profit d’une agriculture biologique qui donne un rôle principal à l’arbre ». Celui-là même qui a été relégué au rang de simple fournisseur de fruits ou de bois alors qu’il est indispensable aux écosystèmes.

Pourquoi nos arbres chéris sont si importants pour l’agriculture ?©agrof

Que vous cultiviez du blé, du riz comme Tristan Lecomte, ou que vous éleviez  des vaches, des chevaux; dans tous les cas, il est préférable de le faire sous des arbres. En fait, les feuilles qui tombent et les branches mortes, alimentent une sorte de compost continu qui auto-régénère le milieu. Mieux, les racines des arbres qui s’enfoncent dans le sol forment un univers qu’habite toute une vie : les bactéries et les champignons font avec les vers, les insectes, les mollusques et les petits mammifères, un écosystème hyper complexe, qui procure une fertilité au sol, qu’aucune chimie n’obtiendra jamais. En plus, l’agroforesterie s’adapte à toutes les cultures. Il suffit juste de planter les arbres sérés pour celles qui ont besoin de soleil et vice versa.

Plusieurs pays et grandes firmes convertis

Nestlé, par exemple, a lancé, en 2007, un projet sylvo-pastoral en Colombie, combinant pâturages, arbres, et même des animaux. Cet enrichissement de la biodiversité a amélioré leurs rendements et profits de 38% ! Au Mexique, 35 % du lait vient de fermes qui tournent au biogaz produit par le fumier des vaches. Pour Christian Dupraz, spécialiste de l’agroforesterie, « il faut continuer à développer l’agroforesterie à l’échelle internationale car c’est une réelle opportunité pour résoudre le problème de la faim dans le monde ». Rien que ça.

Cette chronique « Environnement » a été diffusée mercredi 23 avril avril 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.