La revue de presse des animaux: le Parlement européen est de bon poil avec les bêtes !

Au menu de la revue de presse des animaux:  Couper les ailerons de requins est enfin interdit, la limitation  de transports pour les animaux destinés à l’abattage est désormais fixée à huit heures, et des chercheurs ont analysé des déjections de singes lors de la visite des touristes. A écouter ci-dessous (2’33)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Crédit photo: Remy Saglier)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/03/revue-de-presse-des-animaux-2103-ok.mp3|titles=La revue de presse des animaux ]

Références musicales  : « Requin chagrin » – Michel SARDOU et Mireille DARC  

 

     

 

Version écrite de la revue de presse des animaux

Malgré l’horreur de l’actualité, on lit de bonnes nouvelles cette semaine dans la presse, concernant les animaux.  C’est si rare que cela vaut la peine d’être souligné ! Première info: couper les ailerons des requins est enfin interdit ! Le site fr.canoe.ca nous annonce que l’Union européenne a décidé, lundi, de mettre fin à toutes les exemptions qui permettaient encore, sur certains navires européens, de couper les ailerons des requins à bord des navires de pêche et de rejeter ensuite à la mer les animaux encore vivants. Il était temps ! Car, cette pratique odieuse est interdite depuis 2003 en Europe mais, comme toujours, les pêcheurs trouvaient toutes sortes de dérogations pour échapper à la règle. Ils auront toujours le droit de pêcher du requin, hélas, mais au moins, les animaux devront arriver au port en entier et non en pièces détachées. Reste que le vrai travail aujourd’hui est de convaincre les populations asiatiques de ne plus manger de soupe aux ailerons de requin, un plat qui est en train de détruire une espèce passionnante et indispensable à la mer. Rappelons qu’ils sont 73 millions à être pêchés chaque année et qu’une trentaine d’espèces est directement menacées d’extinction, des arguments qui ne touchent pas toujours ces messieurs devenus des requins de la finance !

Et décidément, le Parlement européen est de bon poil avec les bêtes en ce moment, puisque la semaine dernière, il a officiellement décrété la limitation à 8 heures des transports d’animaux destinés à l’abattage ; autre évolution réclamée depuis des années par les associations de protection animale. Car, les conditions de transport sont souvent  insupportables, durant des heures sans boire, entassés et dans l’angoisse d’une mort proche dont ils ont l’intuition. lesmoutonsenrages.fr nous rappelle que le laxisme en la matière : pas de règles, des sanctions ridicules et un je m’enfoutisme scandaleux dans la façon de traiter ces pauvres animaux qui nous nourrissent.

Terminons avec une petite virée à Bornéo chez les orangs-outans. On les sait  stressés par les touristes mais certains plaident pour ce marché de l’éco-tourisme qui permet de donner du travail aux populations locales, de financer des programmes de protection de la biodiversité et, du coup, de sauver les animaux de la région de l’extinction. Le site futura-sciences.com nous rassure avec cette étude américaine : des chercheurs ont analysé durant des années des déjections de singes avant, pendant et après la visite des touristes. Résultat logique : quand ils débarquent, petit stress  du genre « qu’est-ce qu’ils nous veulent encore ceux-là » et très vite, ils s’habituent et se relaxent, cool ! Orang outang en emporte le vent !

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.