La revue de presse des animaux : Des porcs s’offrent un groin de fantaisie en jouant aux jeux vidéos

Au menu de la revue de presse des animaux : le Marsupilami, « excellent outil ludique » pour vulgariser le monde animal, le divorce mal vécu par les animaux de compagnie et des jeux vidéos qui égayent les porcheries !  A écouter ci-dessous (2’59)

 

 

 

 

 

 

 

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/04/La-revue-de-presse-des-animaux-du-6-avril-2012.mp3|titles=La revue de presse des animaux du 6 avril 2012]

Références musicales  :

« Houba Marsupilami » Henri Seroka, Franquin         « La danse des petits cochons » Corbier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version écrite de la revue de presse des animaux

Celui qui a envahi nos écrans et nos rues cette semaine c’est le… Marsupilami ! Bien sûr ce drôle d’animal n’existe pas, pourtant il fascine depuis des décennies des scientifiques très sérieux qui, remarque le site rtl.be,  le situent entre le singe et l’ornithorynque. Le naturaliste belge Alain Quintart  par exemple, a beaucoup exploité l’animal inventé par Franquin pour ses expositions et conférences car, explique-t-il, c’est, « un excellent outil ludique » pour vulgariser le monde animal et la défense de l’Amazonie, menacée par la déforestation.

Mais revenons à la réalité, parfois dure, notamment quand il s’agit de divorce. Car aujourd’hui, nous explique le Nouvel Observateur, la garde alternée, instaurée depuis dix ans pour les enfants mais qui fait toujours débat en France, commence à s’appliquer aux animaux de compagnie. Un accord à l’amiable puisque selon le droit français,  l’animal est hélas, toujours considéré comme un bien « meuble » selon l’article 528 du Code Civil. D’où les mêmes contraintes que pour les enfants :  la double vie, les deux foyers, les deux gamelles, les deux paniers et des histoires souvent insensées de jalousie, de séparation déchirante et de bataille auxquels l’animal ne comprend pas grand-chose, pauvre bête !

Mais les symboles de la vie moderne n’ont pas que des désavantages surtout quand il s’agit d’adoucir la vie terrible des animaux dans les stabulations. La réglementation européenne oblige d’ailleurs les éleveurs depuis 2001 à  prévoir des distractions pour les porcs qui sont tellement stressés qu’ils en finissent pas s’agresser et se mordre. Certains mettent, par exemple, des balles accrochées à des chaînes pour les laisser jouer. Beaucoup plus étonnant, le jeu vidéo pour les cochons, mis au point par des designers néerlandais qui ont travaillé avec un scientifique et un philosophe. Vous pensez que c’est donner de la confiture aux cochons ? Erreur! Car l’idée est d’unir les hommes et les bêtes. En effet, les porcs jouent avec les humains grâce à un iPad qui permet de programmer des couleurs, des formes lumineuses, des mouvements  qui vont étonner et amuser les porcs. Si ceux-ci  réussissent à loger une tâche lumineuse, par exemple dans un triangle, hop ils ont droit à un feu d’artifice multicolore. La bonne idée c’est qu’on ne les récompense pas avec de la nourriture. Le jeu n’a pour but que de s’amuser côté animal et côté humain, de créer une complicité, explique Courrier International. Le plus étonnant c’est que l’expérience n’est pas nouvelle. Déjà dans les années 90, des américains avaient montré que les porcs jouaient très bien avec des joysticks et qu’ils adoraient ça ! Ils méritent bien, ces pauvres animaux qui finiront en saucisse, un petit groin de fantaisie…

Playing with Pigs: Pig Chase from Utrecht School of the Arts on Vimeo.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.