La revue de presse des animaux : Burger King ne veut plus de poules ni de porcs élevés en cage

Au menu de la revue de presse des animaux : Burger King promet des animaux élevés en liberté, le GPS naturel des pigeons et des insectes capables d’élaborer des concepts abstraits ! A écouter ci-dessous. (2’31)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références musicales :

« Pigeon à Paris » Pignon sur rue          « Les abeilles » André Bourvil

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/05/revue-de-presse-du-4-mai-2012.mp3|titles=revue de presse du 4 mai 2012]

 

Version écrite de la revue de presse des animaux

Signalons déjà une initiative de la chaine de restauration rapide américaine Burger King qui a annoncé vouloir d’ici cinq ans ne proposer que de la viande de porc et des œufs provenant d’animaux élevés en liberté. Notamment en évitant les épouvantables cages de gestation pour les truies. Le figaro.fr nous rappelle que son grand rival, McDonalds avait déjà annoncé en mars qu’il s’engageait de n’acheter bientôt que de la viande de porc ayant été traités plus dignement. Ben dis donc, on va se mettre à adorer les hamburgers ! En espérant qu’ils ne nous prennent pas pour des pigeons.

Justement parlons-en de ces drôles d’oiseaux dont l’incroyable sens de l’orientation continue de fasciner les scientifiques. Une toute récente étude publiée  sur le site de la revue britannique Nature évoque les preuves de plus en plus flagrantes d’un véritable GPS que les pigeons auraient dans le crâne capable de se repérer grâce à des repères magnétiques, visuels et olfactifs. Jusque-là on pensait que tout se passait dans le bec qui aurait une sensibilité magnétique particulière. L’un n’empêche pas l’autre semble-t-il à en lire 20 minutes.fr. Tout reste encore à prouver de façon plus précise mais en tout cas ce que l’on sait c’est que le pigeon c’est vraiment une tête !

Comme beaucoup plus d’animaux que ne le pensaient les hommes, persuadés depuis des siècles qu’ils sont les seuls êtres intelligents de cette planète. Encore une preuve de la bêtise de cette croyance : une autre étude, française cette fois-ci, du Centre de recherche sur la cognition animale à l’université Toulouse III Paul Sabatier. Elle prouve que les abeilles manient les concepts. On pensait jusqu’ici nous précise Le Parisien/Aujourd’hui en France que seuls les mammifères étaient capables de manipuler des idées abstraites comme différencier des objets ou les positionner. Des facultés qu’ils auraient grâce à de la taille de leur cerveau. La taille n’a manifestement rien  à voir car les expériences ont montré que les abeilles pour trouver leur nourriture savaient très bien ce que veut dire « au-dessus », « à côté », égal » ou « différent »,  eh oui chez les abeilles aussi ça vole haut !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.