Le « Grand Massacre » des bocages

Bocage_country_at_Cotentin_PeninsulaRoland Nadaus a écrit plus d’une soixantaine d’ouvrages : romans, contes, poèmes et une trentaine de recueils de poèmes, qui lui ont valu de recevoir en 2009 le Grand prix de l’Académie des sciences morales, arts et lettres de Versailles et d’Île-de-France. Dans son livre « D’un bocage, l’autre », paru pour le Marché de la Poésie de Paris en juin dernier, l’ancien maire de la ville de Guyancourt (Yvelines), s’insurge contre le « Grand Massacre » des bocages. Extrait.

ARBRES HUMAINS

Tout à l’heure, grand charroi et grand charivari : des tracteurs à étage se relaient traînant des chênes ébranchés. Révolution coupeuse de têtes, tu te maquilles en exploiteurs agricoles.

Ici, l’arbre est devenu un ennemi.
Ici, la haie est résistance.
Ici, le fossé est un abus de détresse.
Ici, les oiseaux ne sont plus que des virgules inutiles.
La guillotine à diesel a encore fonctionné.

Dans le camp fortifié on entasse les chênes, les émousses, les trognes –tout ce qui pourrait revendiquer un passeport d’arbre.
Et tout ce qui n’est pas utilisable est par avance condamné au bûcher.
On se croirait dans l’avenir passé d’Orwell. Avec une mémoire qui nous précède. Comme si aucune Saint-Barthélemy, aucun génocide ne nous avaient jamais appris.

Arbres humains nous sommes. Haies d’amour et talus de caresses. Et mêmes insectes, et même larves, et même terre, et eaux… Ohé ! N’oubliez pas que le bocage est construction d’hommes, moines en tête, moines-paysans.

Sous la grâce de Celui qui nous a confié la Terre.

 

Retrouvez Roland Nadaus ici : http://roland.nadaus-poete.monsite-orange.fr/

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

A l'issue de sa prépa bio au Lycée Chaptal, à Paris, Arnaud intègre l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse (ENSAT). Avant de rejoindre Néoplanète, il a fait ses premières armes de journaliste à Ça m’intéresse et Science&Vie Junior.