La nuit, c’est Chouette !

On parle souvent, et à juste titre, de la disparition d’espèces africaines, amazoniennes ou océaniennes. Mais n’oublions pas qu’en France, il existe aussi des animaux dont l’avenir est incertain comme les rapaces nocturnes qui se font de plus en plus rares. Entièrement protégés, chouettes et hiboux fuient les villes et la cohabitation avec l’homme ne se passe pas très bien. Voitures, chasse, fils électriques, pièges… Les dangers sont nombreux pour ces volatiles majestueux mais avant tout craintifs et fragiles, à découvrir demain soir à l’occasion de la 11ème Nuit de la chouette.

tengmalm-adulte-y-muller
Chouette Tengmalm / DR

 

Une occasion rare d’observer chouettes et hiboux

Depuis maintenant vingt ans, petits et grands curieux de nature se rassemblent tous les deux ans, une fois la nuit tombée, à l’affût des habitants à plumes de la nuit. Le 4 avril 2015, pour la 11e Nuit de la chouette, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et la Fédération des Parcs naturels régionaux de France, entourés de plus de 400 organisateurs locaux, vous proposent des animations gratuites partout en France. Plongez comme moi au cœur de l’obscurité à la découverte des rapaces nocturnes, des dangers qui les guettent et des gestes simples pour leur venir en aide.

Pourquoi j’y vais ? 

Pour être honnête, je ne connais pas grand chose à ces oiseaux. Je vis près de Paris, il est rare que je tombe nez à nez avec une chouette ! Il n’empêche que je trouve cet animal magnifique et attachant. Ça tombe bien car pour la Nuit de la chouette, une randonnée est organisée dans la forêt de Montmorency à côté de chez moi. En plus de prendre un bon bol d’air frais, pendant l’espace d’une nuit je vais vagabonder au milieu des arbres, des bosquets et des bruits de la forêt que j’ai délaissé depuis quelques temps… Je serai accompagné d’un guide naturaliste qui me dira tout de la chouette hulotte, de la chevêche d’Athéna, de l’effraie des clochers, ou des hiboux moyen et grand-duc. Mais il me sera peut-être aussi possible d’apercevoir, au détour d’un sentier, un chevreuil ou un renard en maraude, ou encore d’entendre l’appel mélodieux du crapaud alyte.

Cet événement regroupe aussi des conférences, des expositions, des ateliers de construction de nichoirs… gratuites et ouvertes à tous ! Toutes ces actions durant la Nuit de la Chouette ont pour but de nous sensibiliser à la fragilité de ces oiseaux mais aussi de leur écosystème, et à l’importance de nos actions dans sa conservation et sa protection.

Si vous voulez participer à la Nuit de la Chouette, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de la LPO pour connaître tous les renseignements 

Le saviez-vous ?

On peut attribuer les causes de la raréfaction des nocturnes à :

– la destruction et la fragmentation de leurs milieux de vie (abattage des arbres creux, transformation des prairies en cultures, suppression des haies et des arbres isolés, assèchement des marais) ;

– l’utilisation des produits phytosanitaires contre les insectes et les micromammifères : les rapaces nocturnes meurent d’empoisonnement, dû à l’absorption des pesticides contenus dans leurs proies ;

– le trafic routier (chocs contre les véhicules) ;

l’engrillagement des clochers ou de certains bâtiments qui prive les rapaces nocturnes de site de reproduction ;

les poteaux creux ou conduits de cheminée présentant une ouverture à leur sommet sont autant de pièges desquels les petits nocturnes ne peuvent s’échapper ;

les électrocutions et les collisions avec les lignes électriques ;

le braconnage ;

la pollution lumineuse.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Paul Brinio

Né dans le sac à dos de ses parents, cet aspirant journaliste tombe rapidement amoureux de la radio. Après avoir traîné sa barbe et ses cheveux à RFI Bruxelles et dans des rédactions locales, il termine sa formation de journaliste, rejoint l'équipe de Néoplanète en 2015 et continu ses études de géopolitique dans un souci de conquête mondiale.