La France et l’écologie, bien mais peut mieux faire

FranceLa France a encore du chemin à faire pour atteindre l’écolo-attitude. C’est ce que révèle un rapport du ministère de l’Ecologie paru ce jour. Émissions de gaz à effet de serre, pesticides, repli des zones naturelles… l’Hexagone ne remplit pas tous les objectifs 2020 du Grenelle de l’environnement.

Sur les 30 indicateurs de mesure proposés par le « rapport d’étape » du ministère (la version finale est attendue pour la conférence environnementale les 14 et 15 septembre), 11 domaines bénéficient d’une « évolution (…) satisfaisante ». Pour d’autres, « les évolutions sont plus préoccupantes ».

 

 

En haut du tableau

  • Les ordures ménagères. Les Français trient de mieux en mieux et le poids annuel de leurs sacs poubelles est passé de 391 kg par habitant (2007) à 374 kg en 2009. A ce rythme, on atteindra l’objectif de 363 kg en 2013 !
  • Le recyclage. En 2006, le taux de recyclage était de 31%. Quatre ans après, il atteint le 35% (soit son objectif prévu pour 2012).
  • Transports. Depuis 2002, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé, notamment grâce à la diminution des émissions des voitures neuves. Si la consommation d’énergie stagne dans les transports, le trafic des transports en commun augmente.

Le secteur en difficultés

  • Le bâtiment. La hausse des constructions de logements basse consommation n’est pas assez significative, et la part de l’énergie renouvelable dans l’énergie consommée n’a augmenté que de 3,1% en 5 ans (pour atteindre 13,1% en 2011). A ce rythme, l’objectif de 2020 (23%) est un véritable défi !

De gros efforts restent à faire

  • Les eaux. Les aires marines protégées n’atteignent  pas l’objectif de 10% des eaux nationales.
  • Effet de serre. Triste bilan : en 1990, l’indice était de 100, et en 2010, seulement de 93,4. Il faudrait atteindre le 80 en 2020 et 25 en 2050 !
  • Agriculture. Il faut stopper l’utilisation de pesticides, pas l’augmenter ! Pourtant, entre 2008 et 2010, la « dose unité » des pesticides utilisés est passée de 68,8 à 70,6 (nous devions la réduire de moitié pour être à 34,4 en 2018). Sans parler de la part que les surfaces en agriculture biologique (2% en 2006, 3,9% en 2011) atteignent… Plus que 9 ans pour satisfaire les 20% requis.
  • Pollution de l’air. La concentration des particules fines dans l’air avait pourtant baissé entre 2007 et 2009… mais par la suite, elle s’est envolée !

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.