La fécule de maïs, mode d’emploi

La fécule de maïs est obtenue à partir de l’amidon que l’on extrait du grain de maïs. Cette fine poudre blanche, aux propriétés gélifiantes trois fois supérieures à la farine, est de plus en plus utilisée pour fabriquer des sacs, mais aussi des casques audio !

Un grain de maïs contient plus de 60 % d’amidon qui peut être utilisé tel quel, modifié par des procédés physiques et transformé par voie chimique ou biochimique. Plus de 400 produits peuvent ainsi être extraits de l’amidon de maïs. Ils entrent dans la composition de nombreuses préparations alimentaires : soupes, potages, sauces, charcuteries, entremets, desserts, produits diététiques…

L’amidon est aussi le produit de base de la glucoserie. Les sucres de maïs dérivés de la production d’amidon sont de plus en plus utilisés et représentent maintenant la moitié des utilisations des produits sucrés en alimentation humaine selon le « Centre de ressources sur les semences et les espèces végétales ».

Dès 2004, la compagnie japonaise « Pionnier » a réalisé un disque fabriqué à partir de fécule de maïs. Cette dernière peut être une solution alternative pour remplacer la matière plastique. Ce matériau organique est en effet capable de rivaliser avec le plastique avec un coût de production comparable. Les objets réalisés sont biodégradables et recyclables. Comme leur production implique une filière respectueuse de l’environnement, ils sont colorés avec des colorants naturels biodégradables.

Les sacs plastiques traditionnels sont fabriqués à partir de dérivés de pétrole et ne sont pas biodégradables. La solution écologique ? L’amidon de maïs, notamment le « Mater-Bi ». Ce matériau est 100 % compostable et biodégradable. Il faut compter de 10 à 45 jours pour qu’un sac biodégradable se décompose. L’Inspection norvégienne de l’agriculture a pour sa part certifié les sacs en Mater-Bi, notamment le Biosac qui est recyclé pour l’alimentation animale.

L’amidon de maïs permet également de réaliser du bio-pak, c’est-à-dire des flocons de calage pour protéger des objets dans les cartons, remplaçant ainsi leurs équivalents réalisés en polystyrène expansé (les flo-pak).

Bonne nouvelle quand on sait que le polystyrène n’est généralement pas recyclé. La technique de fabrication du bio-pack est comparable à celle du pop-corn, elle est donc très naturelle. Le bio-pak est 100% biodégradable et présente même quelques avantages supplémentaires par rapport aux sacs : il est comestible, se réduit facilement au contact de l’eau et se dégrade en moins d’une semaine.

Encore mieux ? Le casque «Noisezero i + Edition Eco». Le designer Michael Young a utilisé comme matériau de base pour ces nouveaux écouteurs la fécule de maïs. Attention, ne les jetez pas dans l’eau, sinon ils vont fondre !


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone